Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Facteur de maintenance

Tenir compte de la perte de flux lumineux

Facteur de maintenance

Facteur de maintenance

Pour assurer l’éclairement nécessaire pendant une période donnée, les études d’éclairage prévoient un facteur de maintenance MF (Maintenance Factor), qui prend en compte la diminution du flux lumineux d’une installation d’éclairage. La valeur de l’éclairement s’obtient ainsi à partir de la valeur de maintenance de l’éclairement et du facteur de maintenance. Le plan d’entretien détermine les intervalles de nettoyage des appareils d’éclairage et de la pièce, ainsi que le changement des lampes. La valeur de maintenance de l’éclairement dépend par conséquent des appareils d’éclairage, des lampes et des conditions ambiantes.

Facteur de maintenance

Facteur de maintenance des appareils d’éclairage

Le facteur de maintenance des appareils d’éclairage LMF (Luminaire Maintenance Factor) tient compte de la perte du flux lumineux des appareils causée par l’empoussièrement. Il correspond au rendement lumineux d’un appareil d’éclairage au moment du nettoyage par rapport à la valeur à l’état neuf. Il dépend de la forme de l’appareil et de l’empoussièrement ainsi possible. La classification LMF est indiquée sur les appareils. Il convient de définir l’intervalle de nettoyage optimal pour le plan d’entretien.

Facteur de maintenance

Facteur de maintenance de la pièce

Le facteur de maintenance de la pièce RSMF (Room Surface Maintenance Factor) tient compte de la perte du flux lumineux causée par l’empoussièrement des surfaces de délimitation. Il correspond au coefficient de réflexion des surfaces avant et après le nettoyage par rapport à la valeur à l’état neuf. Il dépend de l’empoussièrement de la pièce, des conditions ambiantes d’une pièce et de l’intervalle de nettoyage sélectionné. La taille de la pièce et le type d’éclairage (à rayonnement direct ou indirect) influent également.
Au facteur de maintenance de la pièce correspondent 4 degrés de propreté : P pure (pièce très propre), C clean (pièce propre), N normal (pièce normalement sale) et D dirty (pièce sale).

Facteur de maintenance

Facteur de maintenance du flux lumineux

Le facteur de maintenance du flux lumineux LLMF (Lamp Lumen Maintenance Factor) tient compte de la perte du flux lumineux causée par le vieillissement de la lampe. Il correspond au flux lumineux de la lampe à un moment déterminé par rapport à la valeur d’éclairement à l’état neuf. Il convient de se reporter aux dernières données des fabricants de lampes.

Facteur de maintenance

Facteur de durée de vie d’une lampe

Le facteur de durée de vie d’une lampe LSF (Lamp Survival Factor) tient compte de l’écart entre la durée de vie des différentes lampes et leur durée de vie moyenne. Il dépend de la durée de fonctionnement. Il faut tenir compte ici des dernières données des fabricants de lampes. Le changement immédiat d’une lampe défectueuse implique un facteur de durée de vie LSF = 1. Pour le plan d’entretien d’une installation d’éclairage, il convient de déterminer en plus l’intervalle optimal pour changer les lampes. Il dépend de l’utilisation faite de l’installation et s’obtient en analysant la durée de consommation et la durée de vie moyenne des lampes sélectionnées.