Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Deutsches Technikmuseum Berlin

« Nous découvrons des choses que nous n’avions jamais vues ! »
Nouvelle mise en lumière du Musée allemand de la technologie à Berlin

Avec une surface d'exposition avoisinant 26 000 m2, le Musée allemand de la technologie (Deutsches Technikmuseum) à Berlin compte au nombre des plus grands musées de ce type en Allemagne. ERCO y a récemment rénové l’installation d'éclairage avec sa technologie LED. Cette nouvelle mise en lumière montre combien gain en efficacité et optimisation de la lumière vont de pair.

Avec près de 600 000 visiteurs par an, le Musée allemand de la technologie situé dans le quartier berlinois de Kreuzberg est l’un des musées les plus prisés de la capitale allemande, qui en compte pourtant beaucoup. Cette institution culturelle exploite un ensemble architectural, divers et varié, mêlant l’ancien et le contemporain dans le quartier berlinois de Anhalt, sur le site d’une ancienne gare de tri postal et de marchandises. Ses expositions temporaires et permanentes couvrent des thèmes très divers : aviation et navigation, trafics ferroviaire et routier constituent les attractions principales du musée, mais il est aussi question de techniques et technologies dans les domaines du textile, de la presse et du cinéma, ou encore de chimie et pharmacie, de BTP et de savoir-faire en brasserie.

Deutsches Technikmuseum Berlin

Avec un avion ravitailleur monté de façon spectaculaire sur son toit, le Musée allemand de la technologie attire l'attention de loin.

L’économie énergétique comme ligne directrice

Comme l'explique le professeur Joseph Hoppe, directeur du musée et pilote du projet, la nouvelle mise en lumière a commencé par une longue phase préparatoire. Face aux débats portant sur la protection du climat, il s'intéresse depuis de nombreuses années au développement durable et à l'empreinte écologique des institutions. Suivant cette démarche, il s'est forcément posé des questions concernant son propre musée. Une étude sur le développement durable a ainsi révélé – sans surprise – que l'éclairage en place, essentiellement composé de lampes fluorescentes et de projecteurs à lampes à faible consommation d'énergie, représentait une très grande part de la consommation énergétique du musée et que d'importantes économies étaient envisageables.
En parallèle, le musée a collaboré avec l'Université technique de Berlin à un projet sur la technologie LED (LED Laufsteg) présenté en 2015, année internationale de la lumière. Ce projet était exposé sur l'un des espaces du musée : la voie historique de chargement de la gare de marchandises. L’expérience a convaincu Joseph Hoppe non seulement des avantages énergétiques mais aussi des possibilités qualitatives de la technologie LED. Un programme d'aide publique a permis de financer la nouvelle mise en lumière, qui dépassait le budget de l'institution. La décision de retenir ERCO, à l'issue de l'appel d'offres lancé à l'échelle européenne, a fait suite à une analyse de la consommation et à des essais réalisés sur site. Outre les performances énergétiques et la brillance de l’éclairage obtenu, ce sont la longévité et la fiabilité des produits ERCO qui ont convaincu l’établissement.

Deutsches Technikmuseum Berlin

La lumière est là où elle est nécessaire, par exemple pour éveiller les enfants aux nœuds marins.

Un saut qualitatif sans précédent dans l’éclairage muséographique

La nouvelle mise en lumière du musée a nécessité plus d'un an de travaux. En effet, le montage des appareils d'éclairage et les essais lumière pouvaient se faire uniquement les jours de fermeture. Mené sous la houlette du concepteur lumière Karsten Krause, le projet a été réalisé par département et en étroite collaboration avec chacun des conservateurs responsables. Au départ, le projet de mise en lumière a suscité le scepticisme de plusieurs collègues, ce que Joseph Hoppe reconnaît volontiers. Pourtant la nouvelle lumière a parlé d'elle-même, et les conservateurs avaient soudain hâte de voir la fin des travaux. Finalement, tous ont été très satisfaits du résultat.
Les chiffres le prouvent d'ailleurs : en passant aux LED, le musée a réalisé une économie annuelle de 125 000 euros, soit une réduction de 395 tonnes des émissions de CO2. Joseph Hoppe ne serait toutefois pas pleinement un homme de musée si un autre effet de la mise en lumière ne lui tenait pas autant à cœur : le saut quantique, sur le plan qualitatif, de l'éclairage muséographique. « Nous découvrons, en même temps que le public, des choses que nous n’avions jamais vues. C'est le cas en particulier avec l'exposition sur le chemin de fer. Dans les locomotives noires à vapeur, extrêmement difficiles à éclairer, on peut désormais apprécier certains détails de construction ainsi que l'esthétique manifeste de la machine. » Joseph Hoppe parle avec enthousiasme des lentilles Spherolit ERCO, du large choix et de la flexibilité qu’elles offrent à l’éclairagiste. Les lentilles étant facilement interchangeables, l’équipe du musée peut ajuster avec précision l’éclairage, y compris pour des besoins ultérieurs.

Deutsches Technikmuseum Berlin

Dans le très riche hall d'exposition, la lumière d'ERCO souligne l'articulation thématique de l'ensemble. Simultanément, tous les éléments importants de l'architecture navale sont facilement identifiables sur le remorqueur Kurt-Heinz.

Deutsches Technikmuseum Berlin

Seul l'éclairage qu'assurent les projecteurs ERCO aide les visiteurs à percevoir l'objet volant en suspens dans l'espace aérien.

Structurer par les hiérarchies de perception

Deutsches Technikmuseum Berlin

La lumière appuie cette idée conceptuelle de présenter un moteur d'avion historique flottant dans l’espace.

Un défi technique

Qu'il s’agisse de l’architecture, de la lumière naturelle, des objets exposés ou de l’agencement muséographique, chaque espace du Musée allemand de la technologie est différent de la plupart des autres musées. Même pour les seuls objets, on profite d'une très grande diversité que caractérisent des dimensions des plus variées, associées à une rare profusion de matériaux et de textures. Certains sont directement posés dans la pièce, d’autres suspendus, d’autres encore sont dans des vitrines. D’où des besoins d’éclairage extrêmement variés, auxquels trois gammes d’appareils ERCO suffisent à répondre : Optec, Parscan et Pollux en version de 4 à 48 W. Des projecteurs Optec en version 12 et 24 W assortis des répartitions Narrow spot, Spot, Flood, Wide flood et Oval flood dispensent l’éclairage général puissant du musée. Des projecteurs Parscan de 48 W éclairent en particulier les pièces de grande hauteur nécessitant de projeter la lumière sur des distances élevées. Quant aux projecteurs contours Pollux, enfin, ils assurent un éclairage précis des tableaux, de la signalétique et des panonceaux explicatifs.
Ainsi repensée, la nouvelle mise en lumière du Musée allemand de la technologie pose dans son domaine les jalons d’un éclairage muséographique moderne et pérenne. ERCO consolide encore ses compétences dans une application de l’éclairage particulièrement exigeante. Ce projet illustre à merveille la diversité des possibilités offertes par les appareils ERCO.

 
Deutsches Technikmuseum Berlin

A propos de l’auteur :

Mathias Remmele est journaliste indépendant et commissaire d’exposition en histoire de l’architecture et du design à Berlin. Egalement critique, il s’intéresse de près à l’évolution de ces domaines. Il enseigne par ailleurs à l’Ecole de design et d’art à Bâle.

Voici qui pourrait aussi vous intéresser :