Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Pinacothèque de Brera, Milan

Pinacothèque de Brera, Milan

A Milan, la Pinacothèque de Brera réorganise ses espaces pour les adapter à l’exposition « Dialogue ». Grâce à l’éclairage LED d’ERCO, la sacralité des œuvres d’art grand format y ressort plus que jamais.

A quoi ressemblerait une conversation entre Le Pérugin et Raphaël ? Ou entre deux autres maîtres de l’histoire de l’art ? Les « dialogues » de la Pinacothèque de Brera répondent à cette question. Tirée de la collection du musée, une œuvre célèbre est exposée face à une pièce prêtée par un autre fonds. La première édition de l’exposition « Perugino and Raphael, the Marriage of the Virgin » montrait avec originalité, dans une même pièce et en exclusivité, deux représentations du mariage de Marie et Joseph qui figurent souvent l’une à côté de l’autre dans les publications. « Le langage figuratif statique du Pérugin ainsi que la plasticité et la fluidité des formes peintes par Raphaël étaient facilement identifiables » rappelle le directeur du musée James M. Bradburne. Depuis, le dialogue s’est enrichi avec « Andrea Mantegna: New Perspective » et « Dinner Conversation with Caravaggio ».



De l’art sacré en grand format

C’est Marie-Thérèse d’Autriche qui a fondé la Pinacothèque de Brera au XVIIIe siècle, alors que la Lombardie appartenait à l’empire des Habsbourg. Sous Napoléon, du fait de la sécularisation – les biens de l’Eglise passant à l’Etat –, des œuvres sacrées de grande taille sont venues compléter la collection. On peut ainsi contempler aujourd’hui à la pinacothèque des polyptyques comme le tableau Coronation of the Virgin par Andrea di Bartolo et Giorgio di Andrea.

« La Pinacothèque de Brera abrite l’un des plus beaux fonds d’Italie – et peut-être bien du monde. La puissance voire la flamme de cette collection sont exceptionnelles », résume J. M. Bradburne. La collection a continué à s’étoffer et compte aujourd’hui également des œuvres du XXe siècle telles que L’enfant gras d’Amedeo Modigliani et la Head of a Bull de Pablo Picasso.



Nouvelle mise en scène, force émotionnelle

La Pinacothèque de Brera occupe le Palazzo Brera, situé au centre de Milan, près de l’Académie des beaux-arts. Bâti au XVIIe siècle d’après les plans de l’architecte Francesco Maria Richini, l’édifice relève du courant baroque. Collège jésuite à l’origine, il est le siège, depuis le milieu du XVIIIe siècle, d’institutions culturelles et scientifiques. Pour l’exposition « Dialogues », la pinacothèque a été spécialement réaménagée. Dans les salles regroupant les œuvres par siècle, une mise en scène colorée renforce l’intensité chromatique et la sacralité des tableaux, tout en orientant les visiteurs.

« Rendre la collection limpide, en faciliter la compréhension pour le visiteur, souligner sa dramaturgie et sa force émotionnelle », voilà comment J. M. Bradburne définit l’objectif de cette restructuration. Le XVe siècle, par exemple, se trouve associé au bleu outremer, couleur traditionnellement utilisée pour le manteau de Marie.



Une lumière brillante pour des couleurs plus intenses

Parallèlement au réagencement des salles, un nouvel éclairage sera peu à peu mis en place d’ici 2018. Ont été sélectionnés les projecteurs Optec et Pollux d’ERCO. Leur technologie LED, également mise au point en interne chez ERCO, rend à merveille les couleurs, selon l’échelle de l’indice de rendu des couleurs – Ra >90 pour le blanc chaud, Ra >80 pour le blanc neutre. ERCO propose des appareils à LED produisant une lumière blanche avec un spectre continu et renonce à accentuer certaines couleurs par des LED colorées complémentaires. C’est là la garantie d’un rendu constant pendant toute la durée de fonctionnement de ses appareils.

De qualité supérieure, cette lumière confère aux œuvres exposées à la Pinacothèque de Brera un éclat inédit. Même les subtiles nuances de dégradés apparaissent nettement, comme sur la Pietà de Giovanni Bellini, où les contours du corps du Christ gagnent en plasticité.

Voici qui pourrait aussi vous intéresser