Musée du Dôme, Florence

L’histoire de l’art rendue vivante : ERCO au musée du Dôme de Florence

Après de récents travaux d’agrandissement, le musée du Dôme de Florence donne à admirer une collection exceptionnelle de sculptures du Moyen Âge et de la Renaissance. Les outils d’éclairage ERCO contribuent à y mettre en scène avec brio l’architecture du musée et les œuvres d’art exposées, en soulignant leur qualité artistique.

Le Dôme de Florence, ou « Cattedrale di Santa Maria del Fiore », compte au nombre des monuments les plus importants et les plus visités d’Italie. Environ 1,4 million de personnes visitent chaque année cette cathédrale érigée de 1296 à 1436, à laquelle s’ajoute le baptistère voisin. L’ensemble comprend aussi, en plus de ces deux édifices, le musée du Dôme fondé en 1891 : le « Museo del Opera di Santa Maria del Fiore ». D’une part, le musée est consacré à l’histoire architecturale de ce symbole florentin, qui doit tout à des artistes italiens aussi célèbres que Giotto, Brunelleschi, Ghiberti, Donatello et Michel-Ange. D’autre part, il présente les œuvres picturales en lien avec le Dôme.

Une maquette de la façade moyenâgeuse du Dôme grandeur nature domine le « Salone del paradiso », pièce centrale du musée florentin.

Une maquette de la façade moyenâgeuse du Dôme grandeur nature domine le « Salone del paradiso », pièce centrale du musée florentin.

Bien conservées, les statues originales ont été intégrées à cette maquette, à leur emplacement réel. En complément de la lumière du jour, des projecteurs Parscan accentuent les sculptures.

Bien conservées, les statues originales ont été intégrées à cette maquette, à leur emplacement réel. En complément de la lumière du jour, des projecteurs Parscan accentuent les sculptures.

L’art sculptural florentin sous la lumière d’ERCO

Ces dernières années, le musée a fait l’objet d’importants travaux d’agrandissement et d’un réaménagement complet suivant les plans du bureau florentin Guicciardini & Magni Architetti. Aujourd’hui, il figure parmi les sites touristiques incontournables de la métropole toscane. La réussite du projet doit aussi beaucoup à Massimo Iarussi, également basé à Florence. Ce concepteur lumière est parvenu à mettre en scène avec efficacité et habileté la plus importante collection au monde d’art sculptural florentin du Moyen Âge et de la Renaissance. Pour réaliser son concept finement étudié, il a fait confiance aux outils d’éclairage ERCO, dont la virtuosité et la précision ont fait mouche une fois de plus. Pour rehausser à la perfection les quelque 750 œuvres exposées sur environ 6000 m2, pas moins de 1500 appareils d’éclairage ERCO ont été installés à travers les 25 salles du musée, suivant 50 types de configuration. Les gammes Parscan et Pollux y jouent les rôles principaux, avec des puissances et des répartitions de lumière variées. Ponctuellement, Massimo Iarussi a aussi utilisé des Downlights Quintessence et Skim, des projecteurs Optec et Pantrac, et des projecteurs de forte puissance Lightscan pour l’extérieur. Tous les appareils d’éclairage présentent une lumière en blanc chaud (3000 K).

Perçant à travers la verrière, la lumière naturelle inonde cette salle qui s’élève sur trois niveaux. L’atmosphère s’apparente ainsi à celle d’un espace extérieur, soit un cadre tout à fait adapté aux pièces exposées.

Perçant à travers la verrière, la lumière naturelle inonde cette salle qui s’élève sur trois niveaux. L’atmosphère s’apparente ainsi à celle d’un espace extérieur, soit un cadre tout à fait adapté aux pièces exposées.

Sculptures individuelles et groupes de sculptures sont éclairés simultanément par plusieurs projecteurs Parscan, depuis plusieurs angles, pour éviter toute ombre portée.

Sculptures individuelles et groupes de sculptures sont éclairés simultanément par plusieurs projecteurs Parscan, depuis plusieurs angles, pour éviter toute ombre portée.

Un éclairage sur mesure, adapté au contexte

Monseigneur Thimothy Verdon, directeur du musée du Dôme, souligne la fonction essentielle de la lumière dans son institution : « Dans tous les musées, la façon dont les œuvres sont éclairées est cruciale. Mais lorsqu’une collection comprend exclusivement des sculptures, bien gérer la lumière devient décisif pour leur présentation. Car si les peintures exigent systématiquement un éclairage homogène non éblouissant, statues et reliefs requièrent par leur plasticité et leurs zones d’ombre un éclairage ajusté, en fonction de la période de création, du style artistique et du lieu original d’exposition. »

Cette explication prend tout son sens quand on observe la pièce maîtresse de l’exposition, qui se dresse sur trois étages et profite d’un éclairage naturel zénithal : le « Salone del paradiso » (salon du paradis). Dans cet espace dont le gigantisme et la luminosité rappellent un espace en plein air, les œuvres présentées avaient justement été créées pour l’extérieur. On y admire d’un côté les célèbres portes en bronze que Lorenzo Ghiberti réalisa durant la première moitié du XVe siècle pour le baptistère. De l’autre côté, la salle est dominée par une maquette spectaculaire, grandeur nature, de la façade moyenâgeuse du Dôme. Jamais achevée, cette façade fut enlevée, mais les statues et reliefs ont été conservés et insérés sur la maquette, quasiment à leur emplacement original. De puissants projecteurs Parscan, en complément d’une lumière du jour diffuse, mettent en valeur chacune de ces sculptures suivant des angles variés.

La lumière guide le regard

Dans la « Sala della Maddalena », qui marque un deuxième temps fort du musée, l’ambiance lumineuse est toute autre. Une sculpture de Donatello taillée pour l’intérieur du Dôme est au centre de la salle, montrant Marie-Madeleine en pénitence. Dans un cadre plutôt sombre, une lumière d’accentuation met en valeur la statue, dont l’expressivité ressort d’autant. De même pour la « Tribuna di Michelangelo », qui donne à voir la Pietà Bandini, œuvre tardive et non achevée du légendaire maître de la Renaissance. Toute la hauteur de la salle est exploitée pour mettre en scène la sculpture par une lumière tombante – comme divine – et attirer l’attention du visiteur sur l’élément central du groupe de personnages : le corps du Christ.

Le potentiel de la conception lumière moderne

Dans toutes les salles du musée, les concepteurs ont réussi à développer une solution lumière adaptée aux pièces exposées, en associant forme et fond, esthétique et didactique suivant une approche très convaincante. Plus que dans la plupart des musées florentins, la lumière est ici un spectacle en soi, puisque l’on peut observer les nombreuses possibilités de la conception lumière moderne – sans que le regard soit détourné des œuvres elles-mêmes. L’étendue de l’offre ERCO et les multiples configurations possibles des outils d’éclairage ERCO ont formé une base solide pour concrétiser cet ambitieux concept lumière. Mais seules la virtuosité de la lumière ERCO et la précision des optiques LED d’ERCO lui confèrent ce caractère rare, qui fascine à Florence tout autant professionnels et grand public.

A propos de l’auteur :

Mathias Remmele est journaliste indépendant et commissaire d’exposition en histoire de l’architecture et du design à Berlin. Egalement critique, il s’intéresse de près à l’évolution de ces domaines. Il enseigne par ailleurs à l’Ecole de design et d’art – la Hochschule für Gestaltung und Kunst –, à Bâle.

Prévoyez-vous un projet similaire ?

Nous serons ravis de vous conseiller pour la conception lumière et la sélection des produits appropriés.

Vous pouvez contacter votre interlocuteur régional en utilisant les coordonnées suivantes :

{{fon}}

Vous pouvez également nous écrire un E-mail ou poser directement votre question ici

 

Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d?autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO.

Voici qui pourrait aussi vous intéresser:

La « ERCO Newsletter » - Des projets pour vous inspirer, des nouveautés produits, les dernières évolutions du savoir lumière

S'abonner à la Newsletter
Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d'autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO
Le Lichtbericht électronique vous informe par courriel, régulièrement et de manière facilement accessible des dernières actualités de l’univers ERCO. Nous vous tenons au courant des événements des secteurs de l’architecture et de la conception lumière, mais aussi des dernières évolutions de la technique d’éclairage. Vous trouverez des comptes rendus de projets, les nouveautés produits et de nombreux reportages. L’abonnement est gratuit, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.