The Feuerle Collection

Avec les moyens de l’éclairage

Le jeu expressif des contraires : l’éclairage focalisé dans l’obscurité totale supprime la sensation d’espace et de temps. La visite de la Feuerle Collection à Berlin constitue une expérience inoubliable pour chaque passionné(e) d’art. Cela tient autant au caractère exceptionnel de cette collection qu’au lieu inédit de sa présentation et à sa mise en scène impressionnante. L’éclairage joue à cet égard un rôle majeur.

Berlin recèle de nombreuses collections d’art privées importantes accessibles à un public d’intéressés. Ouverte en 2016, la Feuerle Collection à Kreuzberg se distingue de différentes manières de cet illustre cercle. Cela tient avant tout au remarquable agencement de cette collection. Désiré Feuerle – une personnalité aussi discrète qu’influente de la scène artistique internationale – combine ici, d’une part, des œuvres de célèbres artistes contemporains comme Anish Kapoor, Zeng Fanzhi, Cristina Iglesias et Nobuyoshi Araki et, d’autre part, des sculptures de la culture khmère du 7ème au 13ème siècle, mais aussi du mobilier de la cour impériale chinoise créé entre 200 av. J.-C. et le début du 17ème siècle – des Han à la dynastie Qin.

L’objectif de Feuerle consistait, par la constitution et la présentation de sa collection, à nourrir le dialogue entre différentes époques et cultures afin de susciter de nouvelles perspectives sur les œuvres soigneusement sélectionnées. Cette confrontation souvent surprenante d’artefacts produits dans différents contextes s’avère de fait souvent séduisante et stimulante. Elle offre non seulement un réel plaisir esthétique, mais aussi une satisfaction intellectuelle – avec un dépassement assumé des classiques approches de l’histoire de l’art.

The Feuerle Collection
The Feuerle Collection

L'extérieur de l’ancien bunker semble à peine modifié après sa reconversion. Seule une discrète inscription rouge renvoie à sa nouvelle utilisation.

Un bunker reconverti

Une autre particularité de la Feuerle Collection tient à son emplacement. En périphérie de la zone de l’Anhalter Bahnhof, un bunker, construit peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale pour le réseau de télécommunications de la Deutsche Reichsbahn, est inutilisé depuis des décennies. Le maître d’ouvrage n’a pas hésité à faire appel à l’architecte-star britannique John Pawson pour la rénovation et la reconversion du bâtiment en musée. À la fois concepteur minimaliste et fin connaisseur de l’art, il s'est mis au travail avec une extrême retenue. Dès sa première visite, il a réalisé clairement « qu'il ne voulait presque rien changer » au bâtiment existant. Mis à part les indispensables mesures de nature essentiellement technique, il s’est par conséquent surtout concentré sur « une série d'affinements et d’interventions subtils qui intensifient la qualité de l’espace ». Avec ses deux grands espaces semblables à des salles, la structure intérieure de l’ancien bunker de télécommunications a été à son avantage. L’ouvrage, situé sur les rives du Landwehrkanal, n’a pour ainsi dire pas changé dans son apparence extérieure. Seule une discrète inscription près de l’entrée renvoie à sa nouvelle utilisation.

Mise en scène expressive

Après réservation, le visiteur est accompagné par un guide vers le niveau inférieur du bunker. Il pénètre alors dans un espace qui semble plongé dans l’obscurité totale et attend. Agrémentées par une musique minimaliste du compositeur américain John Cage, les minutes dans l’obscurité remplissent une double fonction : la cérémonie d’entrée presque méditative, au cours de laquelle on laisse derrière soi le quotidien bruyant et agité libère les sens et prépare mentalement le public à l’exposition. Les yeux s’habituent très progressivement à l’obscurité et une faible lueur se dessine peu à peu sur un côté de la salle. En la suivant, on pénètre dans la première salle à l’éclairage parcimonieux. Le regard se tourne d’abord vers une série de personnages khmers en pierre qui semblent flotter dans l’espace. À la fois concentré et d’une extrême précision, l’éclairage oriente désormais le visiteur vers le parcours de découverte à travers l’espace, fait ressortir les contours des sculptures et focalise le regard sur de fins détails et promeut l’intention du collectionneur d’offrir une vision globale des pièces d’exposition. Feuerle exploite ici les potentialités de l’éclairage et de l’orientation de la lumière pour créer une mise en scène à la fois expressive et discrète qui laisse une forte impression. De façon exemplaire, il démontre comment l’éclairage oriente le regard et stimule l’attention visuelle du visiteur. Il ne tarde alors pas à réaliser pourquoi un ancien bunker constitue le cadre spatial idéal pour cette collection et ce type de présentation.

The Feuerle Collection

Illuminées par des projecteurs contours, les photographies au mur semblent rayonner d’elles-mêmes.

The Feuerle Collection

Les petites sculptures en bronze richement ouvragées de la culture khmère peuvent être étudiées jusque dans les moindres détails grâce à l’éclairage optimisé.

ERCO - pas seulement par expérience

Galeriste dans les années 1990 à Cologne, Désiré Feuerle recourait alors déjà exclusivement pour ses expositions à l’éclairage artificiel et aux appareils d’éclairage ERCO. Il pourrait donc sembler tout naturel qu’il ait retenu des produits de la fabrique de lumière basée à Lüdenscheid pour la présentation de sa collection berlinoise. Un collectionneur aussi intransigeant sur la qualité que Feuerle ne se fie pas uniquement à la réputation d’une marque, ni aux expériences passées. Le choix en faveur de ERCO n'a ainsi été fait qu'à la suite d’un échantillonnage soigneux, d’une sélection rigoureuse des appareils d’éclairage, mais aussi d’une phase de tests intense.
Les salles d’exposition de la Feuerle Collection sont exclusivement équipées d’appareils d’éclairage de la gamme Pollux, avec des modules LED de 2 ou 6 watts de puissance. Le choix entre Narrow spot, Spot et Flood pour la répartition de lumière des projecteurs dépend des dimensions de l’objet, de la distance par rapport à la source lumineuse et de l’exigence d’éclairage. Les projecteurs contours révèlent avec précision les œuvres d’art bidimensionnelles qui semblent rayonner d’elles-mêmes, tandis que les projecteurs avec la répartition de lumière Oval flood assurent un éclairage uniforme des objets d’exposition volumineux. Grâce à la lumière faiblement dosée et, de plus, concentrée sur quelques points, l'installation technique dans les salles d'exposition se fond pratiquement dans l'environnement. Les rails conducteurs noirs, ainsi que les projecteurs et projecteurs Flood de même couleur restent quasiment invisibles. Le caractère compact des projecteurs Pollux contribue également à la quasi-disparition de l'infrastructure. Rien ne doit perturber la contemplation des œuvres.

Appareils d'éclairage utilisés

Prévoyez-vous un projet similaire ?

Nous serons ravis de vous conseiller pour la conception lumière et la sélection des produits appropriés.

Vous pouvez contacter votre interlocuteur régional en utilisant les coordonnées suivantes :

{{fon}}

Vous pouvez également nous écrire un E-mail ou poser directement votre question ici

 

Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d?autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO.

Voici qui pourrait aussi vous intéresser

La « ERCO Newsletter » - Des projets pour vous inspirer, des nouveautés produits, les dernières évolutions du savoir lumière

S'abonner à la Newsletter
Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d'autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO
Le Lichtbericht électronique vous informe par courriel, régulièrement et de manière facilement accessible des dernières actualités de l’univers ERCO. Nous vous tenons au courant des événements des secteurs de l’architecture et de la conception lumière, mais aussi des dernières évolutions de la technique d’éclairage. Vous trouverez des comptes rendus de projets, les nouveautés produits et de nombreux reportages. L’abonnement est gratuit, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.