Dôme de Milan/ Interview avec Pietro Palladino
Interview

« On peut maintenant admirer le Dôme jusque dans le moindre détail »

Dôme de Milan

Une interview avec le concepteur lumière Pietro Palladino.
L’entretien a été mené par Kristina Raderschad

Monsieur Palladino, vous êtes Milanais, vivez et travaillez en tout cas ici depuis de nombreuses années déjà – pourriez-vous décrire l’importance culturelle du Dôme de Milan et le rôle qu’il joue dans le tissu urbain ?
Même si je ne suis pas Milanais de naissance, c’est tout comme puisque je vis et travaille ici depuis plus de 30 ans. Non seulement le Dôme est l’un des ouvrages les plus imposants et majestueux de l’architecture italienne, mais il représente en outre le coeur de Milan, aussi bien géographique qu’affectif. Tout d’abord, la ville se caractérise par sa structure circulaire qui trouve son centre sur la Piazza et rayonne de là jusque dans les faubourgs. Cet aspect purement géographique se retrouve dans une dimension plus personnelle. Le Dôme a une valeur affective particulière pour les Milanais, qui y attachent une grande importance. Il est le symbole de leur ville, la figure de la « Madonnina » qui surmonte sa flèche est tel un phare et un point de repère rassurant lorsque l’on regarde le ciel.

Dôme de Milan/ Interview avec Pietro Palladino

L’installation joue à plus d’un titre avec les extrêmes.

Quelle était votre idée de base pour la conception du nouvel éclairage extérieur du Dôme de Milan ?
L’idée de base était de donner au Dôme une apparence qui soit à la hauteur de son importance. La luminosité moyenne de l’éclairage général tout autour de la Piazza était en augmentation constante ces dernières années. Il nous faut donc aujourd’hui pour le Dôme des éclairements supérieurs à ceux fournis par le système installé il y a près de vingt ans.

Dôme de Milan/ Interview avec Pietro Palladino

En 2015, en coopération avec ERCO, vous avez entièrement refait l’éclairage intérieur du Dôme, avec près de 800 appareils d’éclairage LED de la gamme Parscan. Y a-t-il un lien entre votre concept d’éclairage intérieur du Dôme et le nouvel éclairage extérieur ?
Cette mesure était bien plus qu’un simple remplacement, c’était un projet entièrement nouveau. Même si l’ancien système générait des éclairements supérieurs horizontaux suffisants, il laissait dans la pénombre les colonnes, les chapiteaux et même les chapelles latérales. À l’inverse, le nouveau concept met la priorité sur les surfaces verticales et correspond ainsi à l’intention de l’architecture gothique. Nous avons utilisé au total 860 appareils d’éclairage pour l’intérieur, dont la plupart avec des optiques à rayonnement étroit : la grande précision de leurs répartitions de lumière permet de mettre en valeur par la lumière les chapiteaux et de nombreux autres détails de la cathédrale. De plus, le nouvel éclairage extérieur illumine désormais les grands vitraux que l’on peut donc admirer depuis l’intérieur dans toute leur splendeur. Il en résulte ainsi de vrais liens visuels qui permettent de percevoir l’architecture dans sa globalité.

Le nouvel éclairage intérieur du Dôme avec la technologie LED ERCO s’est révélé Extrêmement économe en énergie. Dans quelle mesure le nouvel éclairage extérieur réalise-t-il lui aussi des économies d’énergie ?
La puissance installée pour l’éclairage intérieur s’élève désormais, maintenant que nous avons rajouté encore quelques appareils d’éclairage à des fins spécifiques, à un total de 26,5 kW. Pour l’éclairage extérieur, la puissance installée est désormais de 35 kW contre 58 kW précédemment, soit une réduction de près de 40 %. Il faut tenir compte du fait que dans le même temps, les éclairements moyens tout autour de l’ouvrage ont augmenté de 40 % : ils étaient auparavant de 50-60 lx et atteignent désormais 80-90 lx. Au bout du compte, on peut dire que nous avons réalisé une économie d’énergie comparable à celle de l’éclairage intérieur. Nous le devons principalement à la technique d’éclairage performante et de grande qualité des projecteurs Erco, qui se caractérise par des cônes de lumière particulièrement précis et des pertes par dispersion faibles.

Le Dôme de Milan est un repère dans cet environnement urbain très dense. Dans quelle mesure ce lieu a-t-il représenté un défi s’agissant de la conception de l’éclairage et de la luminosité ambiante ? Comment éclaire-t-on un bâtiment de cette taille sans nuire à son environnement immédiat ?
De nombreuses sources lumineuses sont venues s’ajouter ces 20 dernières années autour du Dôme. C’est pourquoi nous avons légèrement augmenté des éclairements sur les surfaces en marbre. De plus, j’ai opté pour des LED d’une température de couleur de 4000 K afin de renforcer encore le contraste avec l’environnement et de rendre les détails encore mieux perceptibles. D’un côté, le Dôme est déjà visible de loin, mais de l’autre côté il fait avant tout partie de la place et doit y jouer sa fonction – après tout, il domine la Piazza même pendant la journée.

Dôme de Milan/ Interview avec Pietro Palladino

Dans quelle mesure le fait que le bâtiment soit classé a-t-il entraîné des restrictions pour le montage des nouveaux appareils d’éclairage extérieurs ? Où les nouveaux appareils d’éclairage ont-ils précisément été montés ou installés - même sur les bâtiments qui lui font face ? Quels ont été les défis particuliers pour le montage ?
Les projecteurs sont répartis sur trois niveaux : tout d’abord sur des bâtiments qui bordent la place, ensuite sur des mâts d’éclairage tout autour de la cathédrale et enfin sur le toit du bâtiment lui-même. L’installation joue à plus d’un titre avec les extrêmes : au total, nous avons utilisé 650 projecteurs avec différentes répartitions de lumière, dont la distance avec la surface ciblée sur la façade atteint pour certains plus de 120 mètres. La hauteur des points de montage varie elle aussi beaucoup. Pour le montage des appareils sur le toit du Dôme, nous avons conçu des étriers de fixation spécifiques qui ne constituent pas une intervention durable sur ce bâtiment classé monument historique. Nous avons même eu besoin par endroits de cordistes et d’outils spéciaux pour fixer les projecteurs même à de grandes hauteurs ou dans des recoins exigus tels que les points critiques du projet l’exigeaient.

Les éléments prioritaires s’agissant de ce projet étaient une qualité d’éclairage et une fiabilité extrêmement élevées.

Dôme de Milan/ Interview avec Pietro Palladino

Pourquoi avoir choisi précisément les séries Lightscan et Gecko dans le catalogue ERCO ?
Les éléments prioritaires dans le cas de ce projet étaient une qualité d’éclairage et une fiabilité extrêmement élevées. Les produits ERCO peuvent faire la différence précisément pour ce type d’exigences.

Y a-t-il eu un échantillonnage sur site ? Dans quelle mesure la boîte à outils ERCO a-t-elle aidé à trouver la solution d’éclairage adéquate et à obtenir l’effet souhaité ?
Non, aucun échantillonnage ! Si l’on pense aux conditions particulières du lieu, un échantillonnage ne peut pas fournir de résultats pertinents. Au contraire, cela pourrait susciter de fausses impressions capables de conduire les concepteurs à commettre des erreurs dangereuses. Nous avons procédé différemment pour la conception : sur la base d’une maquette informatisée du Dôme, nous avons simulé l’éclairage avec deux programmes différents. Lors de la mise en pratique, ERCO a répondu à nos demandes concernant des modifications spécifiques de produits de série, par exemple pour les étriers de fixation, les flux lumineux, les couleurs de lumière et les drivers adéquats.

De plus, le nouvel éclairage extérieur illumine désormais les grands vitraux.

L’Italie est très riche en monuments classes tels que des églises ou autres bâtiments historiques. Pensez-vous que le nouvel éclairage du Dôme de Milan peut influencer le futur éclairage de monuments de ce type ? D’après vous, vers quoi évolue actuellement l’éclairage des
monuments classés ?

La technologie LED a changé la conception lumière. Il est aujourd’hui possible d’éclairer les bâtiments historiques depuis des distances bien plus grandes que par le passé. Nous savons comment générer des contrastes plus marqués et mieux modéliser les formes. Le nouvel éclairage extérieur que nous avons conçu pour le Dôme nous confirme qu’avec une consommation d’énergie réduite, il est possible d’éclairer non seulement aussi bien, mais même mieux. Autrefois, on pouvait regarder le Dôme. Aujourd’hui, on peut vraiment le contempler, voire l’analyser. C’est à mon avis là, la principale différence qui fera progresser à l’avenir la conception lumière.

Dôme de Milan/ Interview avec Pietro Palladino

Le concepteur lumière : Pietro Palladino

Ingénieur en électricité et concepteur lumière, Pietro Palladino connaît désormais le Dôme de Milan comme sa poche : dès 2000, il a conçu l’éclairage extérieur qu’il a aujourd’hui remplacé par la technologie LED en raison de sa supériorité ; il a achevé en 2015 l’éclairage intérieur actuel de la cathédrale, également avec des appareils d’éclairage ERCO. Né en 1958, Pietro Palladino est considéré comme un expert de l’éclairage de monuments classés, qu’il réinterprète de façon saisissante tout en préservant leur substance historique, comme par exemple les anciennes douanes de Punta della Dogana de Venise, transformées en musée. Mais le cabinet Ferrara Palladino, qu’il dirige depuis plus de 25 ans à Milan avec sa partenaire l’architecte Cinzia Ferrara, compte également à son repertoire des plans directeurs de l’éclairage pour Milan et d’autres villes, ainsi que l’éclairage de nouveaux bâtiments tels que l’aéroport de Venise. Au cours de sa carrière, Pietro Palladino a constamment occupé des postes dans des associations professionnelles telle que l’APIL (Italian Association of Lighting Designers). Il enseigne la conception lumière à la fameuse Politecnico di Milano et a publié toute une série d’ouvrages techniques et didactiques sur le sujet. Il a appris à connaître et à apprécier les produits ERCO très tôt dans sa carrière – par exemple au début des années 1990, lorsqu’il a travaillé pour le compte du fournisseur d’énergie ENEL à l’éclairage de projets de renom tells que la Pinacoteca Vaticana de Rome ou l’église San Lorenzo de Florence.

Veneranda Fabbrica : la fabrique du Dôme de Milan

Une telle tradition est exceptionnelle : cet « atelier vénérable », traduction littérale du nom italien de la fabrique du Dôme de Milan, existe depuis plus de six siècles déjà, plus précisément depuis 1387. C’est Gian Galeazzo Visconti, alors à la tête de Milan, qui fait à l’époque poser la première pierre du Dôme et charge un comité composé de nobles et de membres du clergé de l’organisation des travaux. Comme des institutions comparables dans d’autres villes européennes telles que Strasbourg, Cologne ou Vienne, cette fabrique s’occupe même après la fin des travaux en 1813 de l’entretien, de la maintenance et de la restauration du Dôme. Pour cela, elle fait travailler non seulement de nombreux ateliers avec des tailleurs de pierres et d’autres artisans, mais également les carrières de Candoglia dans le Piémont, d’où provient depuis le début le marbre necessaire à la construction du Dôme. Le Musée du Dôme dans le Palazzo Reale sur la Place du Dôme appartient lui aussi à la Fabbrica, ainsi qu’une bibliothèque et les grandes archives sur l’histoire de la construction du Dôme. La fabrique s’occupe toutefois en premier lieu de gérer les travaux effectués en permanence sur le Dôme lui-même : des réparations quotidiennes au remplacement d’éléments en marbre érodés en passant par des mesures de sécurisation de grande ampleur ou des rénovations techniques – comme par exemple le remplacement de l’éclairage intérieur et extérieur. La Fabbrica gère à ce titre un budget annuel de près de 30 millions d’euros.

La « ERCO Newsletter » - Des projets pour vous inspirer, des nouveautés produits, les dernières évolutions du savoir lumière

S'abonner à la Newsletter
Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d'autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO
Le Lichtbericht électronique vous informe par courriel, régulièrement et de manière facilement accessible des dernières actualités de l’univers ERCO. Nous vous tenons au courant des événements des secteurs de l’architecture et de la conception lumière, mais aussi des dernières évolutions de la technique d’éclairage. Vous trouverez des comptes rendus de projets, les nouveautés produits et de nombreux reportages. L’abonnement est gratuit, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.