Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Musée Bourdelle, Paris
Reportage

Musée Bourdelle, Paris

Antoine Bourdelle est avec Auguste Rodin l’un des pionniers de la sculpture au XXe siècle. Le musée éponyme à Paris est désormais mis en lumière par la technologie LED. Grâce à la précision de l’éclairage, le dynamisme des œuvres de Bourdelle est encore magnifié.

Son corps est aussi tendu que l’arc bandé entre ses mains. Les muscles saillants, il s’appuie, jambes écartées, contre deux rochers, fixant sa proie du regard. Inspiré de la mythologie grecque, cet « Héraklès archer » de Bourdelle, en bronze, représente le héros viril par excellence s’apprêtant à décocher ses flèches empoisonnées sur les monstrueux oiseaux du lac de Stymphale. Il existe plusieurs versions de cette œuvre dans le monde, dont deux au Musée Bourdelle à Paris.

Des thèmes antiques réinterprétés
Né à Montauban, Antoine Bourdelle (1861-1929) a ouvert la voie aux sculptures monumentales de l’art moderne. Formé aux Beaux-Arts de Toulouse puis de Paris, il fut d’abord l’assistant de Rodin. Sa première œuvre majeure, « Héraklès archer », présentée en 1910, lui valut la notoriété. Amateur de sujets mythologiques, Bourdelle, qui travaillait le gypse, le bronze et le marbre, développa un style puissant, tout en dynamisme. Il enseigna son art à l’Académie de la Grande Chaumière à Montparnasse, où il influença considérablement ses élèves, parmi lesquels Giacometti et Matisse.

Un havre de paix en plein Paris
A proximité immédiate de la tumultueuse gare Montparnasse, le Musée Bourdelle n’en est pas moins un havre de paix aux allures de temple antique, éminemment propice à la concentration. C’est ici que vécut et travailla Bourdelle de 1884 à sa mort en 1929. Dans l’atelier, rien n’a bougé, comme si le sculpteur venait tout juste de quitter les lieux. Les bâtiments existants datent de différentes époques. C’est dans ceux du XIXe siècle, qui abritaient de son vivant l’appartement et les ateliers de l’artiste, qu’a été aménagé après-guerre un musée. A l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Bourdelle a été inauguré le Grand Hall, de l’architecte Henri Gautruche, puis est venue s’ajouter, en 1992, l’extension du musée, œuvre de Christian de Portzamparc, lauréat du prix Pritzker.

Le Grand Hall nimbé d’une lumière douce
Dans le cadre de récentes rénovations, l’éclairage du Musée Bourdelle a été repensé au profit de la technologie LED. « La qualité de lumière des LED a évolué très positivement au cours des dernières années ; on a à présent un grand choix de couleurs de lumière et le rendu des couleurs s’améliore constamment », explique l’éclairagiste Julia Kravtsova. Des outils Light Board, Logotec, Parscan et Pollux d’ERCO garantissent désormais le confort visuel dans les espaces intérieurs du musée. Malgré les dix mètres de hauteur sous plafond du Grand Hall, les appareils d’éclairage assurent une répartition homogène de la lumière sans éblouissement et permettent d’admirer les sculptures grand format sous tous les angles. La surface de chaque œuvre, dont la couleur varie en fonction des matériaux, est soulignée avec précision grâce aux lentilles multiples qui assurent différentes répartitions de l’intensité lumineuse ainsi qu’à l’utilisation de deux couleurs de lumière (3 000 K et 4 000 K). Le site Internet du musée évoque ainsi à bon droit « la majesté du Grand Hall des plâtres à la lumière diffuse ».

Des sculptures monumentales éclairées par LED
Le Musée Bourdelle est entouré de jardins arborés comportant de nombreuses pelouses ainsi que des haies. Des sculptures en bronze sont exposées dans cet écrin naturel. La patine végétale qui les recouvre instaure un jeu de couleurs avec l’abondante végétation. « Beaucoup d’étudiants viennent dessiner dans les jardins, commente Julia Kravtsova, l’éclairage devait donc être convivial et inviter à la contemplation des statues. » Les œuvres comme certains éléments décoratifs du jardin sont mis en lumière sous différents angles par les appareils d’éclairage extérieur Grasshopper ERCO. Ces outils présentant un boîtier compact, ils ne se voient quasiment pas. Du fait de la précision des répartitions de lumière, ni les visiteurs ni les voisins ne sont éblouis et tous peuvent profiter à loisir des sculptures, des jardins et du ciel nocturne.

Film « Redécouvrez le musée Bourdelle »

La « ERCO Newsletter » - Des projets pour vous inspirer, des nouveautés produits, les dernières évolutions du savoir lumière

S'abonner à la Newsletter
Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d'autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO
Le Lichtbericht électronique vous informe par courriel, régulièrement et de manière facilement accessible des dernières actualités de l’univers ERCO. Nous vous tenons au courant des événements des secteurs de l’architecture et de la conception lumière, mais aussi des dernières évolutions de la technique d’éclairage. Vous trouverez des comptes rendus de projets, les nouveautés produits et de nombreux reportages. L’abonnement est gratuit, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.