Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Mettez à jour votre navigateur.

Votre navigateur ne supporte pas les standards Internet actuels. Vous pouvez donc rencontrer des problèmes d'affichage ou de stabilité du site. Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site Internet, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.

Glossaire 4014

Glossaire

A
  • Absorption
    Capacité d´une matière à ne pas réfléchir et à ne pas transmettre la lumière. Le degré d´absorption correspond au rapport entre le flux lumineux absorbé et le flux lumineux incident.


  • Accomodation
    Adaptation de l´oeil visant à représenter nettement des objets situés à différentes distances. S´effectue par la modification de la courbure du cristallin.


  • Acuité visuelle
    Terme désignant la puissance de perception que doit fournir l´oeil et les propriétés visuelles de l´objet qui doit être perçu. L´exigence visuelle grandit à mesure que les contrastes de couleur ou de luminance et la taille des détails diminuent.


  • Acuité visuelle
    Capacité de l´oeil à percevoir des détails. La mesure est le visus qui est défini comme l´inverse du plus petit détail perceptible d´une tâche visuelle convenue.


  • Adaptateur
    Elément de raccordement mécanique et électrique d´un appareil d´éclairage, en particulier d´un projecteur ou d´un projecteur Flood avec un rail lumière.


  • Adaptation
    Adaptation de l´oeil aux luminances dans le champ de vision. S´effectue d´abord par l´agrandissement ou la diminution de la pupille, et dans une plus grande mesure par la modification de la sensibilité des récepteurs de la rétine et le changement entre la vision diurne et la vision nocturne (voir aussi oeil).


  • Adaptation rétinienne
    Accommodation de l´oeil à la couleur de la lumière de l´espace environnant. Elle permet une perception largement naturelle des couleurs sous différentes couleurs de la lumière.


  • Amorceur
    Amorceur utilisé dans les lampes fluorescentes.


  • Amorceur
    Matériel électrique qui permet l´amorçage des lampes à décharge en générant des pics de tension.


  • Angle cut off
    Sur les Downlights, angle formé par l´horizontale et par une droite qui va du bord de l´appareil au bord de la source lumineuse. Mesure complémentaire de l´angle cut-off destinée à assurer le confort visuel d´un appareil d´éclairage.


  • Angle cut-off
    Angle au-dessus duquel aucune réflexion orientée de la source lumineuse n´est visible dans le réflecteur. Avec les réflecteurs Darklight, l´angle cut-off est identique à l´angle de défilement.


  • Angle de diffusion à demi-intensité
    Angle entre les points d´une courbe de répartition de l´intensité lumineuse sur lesquels l´intensité lumineuse descend à 50 % de la valeur mesurée dans la direction du rayonnement principal. L´angle de rayonnement détermine les diamètres des cônes lumineux.


  • Angle du faisceau
    Angle de diffusion à demi-intensité


  • Angle optique
    Angle sous lequel un objet observé est perçu, mesure relative à la taille de représentation d´un objet sur la rétine.


  • Appareil à faisceau mural à double foyer
    Appareil d´éclairage dédié à l´éclairage homogène des murs. Le système optique concentre la lumière dans un second foyer et n´émet qu´une lumière réfléchie, permettant une occultation totale de la lampe au profit d´un confort visuel optimisé.


  • Appareil d’éclairage
    Dispositif qui renferme une lampe et sert à éclairer. La lampe est fixée sur l´appareil au moyen d´une douille, les réflecteurs orientant la lumière. Les appareils d´éclairage peuvent être installés de façon pérenne dans l´architecture, par exemple comme appareils encastrés, apparents, suspendus ou sur pied. Ils peuvent aussi être montés sur des rails lumière et être déplacés selon l´orientation du faisceau voulue.


  • Appareil de signalisation de secours
    Souvent associés à des appareils d´éclairage de secours normalisés, ces appareils assurent le rétro-éclairage des inscriptions.


  • Appareil en bandeau pour lampe fluorescente
    Désignation utilisée pour les appareils d´éclairage linéaires équipés de lampes fluorescentes, souvent pourvus de grilles à miroirs, à prismes ou anti-éblouissement.


  • Appareil pour l'éclairage du sol
    Appareil d´éclairage disposé seul ou en ligne au-dessus du sol dans ou sur les murs. Il éclaire la zone au sol de manière homogène et sans éblouir.


  • Appareils encastrés
    Downlight


  • Appareils pour l’éclairage du plafond
    Appareil disposé seul ou en ligne audessus de la hauteur des yeux, dans ou sur les murs. Il éclaire le plafond de manière homogène et sans éblouir, en priorité avec des lampes halogènes à incandescence, des lampes fluorescentes ou des lampes à décharge haute pression.


  • Appareils pour pictogrammes
    Souvent associés à des appareils d´éclairage de secours normalisés, ces appareils assurent le rétro-éclairage des pictogrammes.


  • Architecture utilisant la lumière du jour
    Architecture fondée sur l´utilisation de l´énergie solaire et de la lumière naturelle comme source d´énergie et de lumière.


B
  • Ballast
    Matériel électrique qui limite le courant circulant dans les lampes à décharge. La limitation du courant se fait soit inductivement par une bobine d´inductance, soit électroniquement. Les ballasts inductifs peuvent être conventionnels (BC) ou à faibles pertes (BFP) et nécessitent parfois un starter ou un amorceur supplémentaire. Ce n´est pas le cas des ballasts électroniques (BE), qui préviennent l´apparition de bourdonnements ou d´effets stroboscopiques gênants.


  • Ballast électronique
    Ballast


  • BC
    Abréviation de ballast conventionnel


  • BE
    Abréviation de ballast électronique.


  • BFP
    Abréviation de ballast à faible perte.


  • Blanc chaud, ww
    Couleur de la lumière


  • Blanc lumière du jour, tw
    Couleur de la lumière


  • Blanc neutre, nw
    Couleur de la lumière


  • Brillance
    Effet de lumière sur des surfaces brillantes ou des matériaux transparents. La brillance provient de la réflexion de la source lumineuse ou de la réfraction de la lumière. Elle dépend de l´orientation de la lumière de sources ponctuelles.


  • Brûleur céramique
    Tube à décharge des lampes à décharge haute pression. Par rapport à la technologie à quartz, la technique du brûleur céramique offre une meilleure stabilité des couleurs et un rendement lumineux plus élevé.


C
  • Calcul de l'éclairement moyen
    Méthode de calcule de l´éclairement moyen d´une pièce en fonction du , du facteur d´utilisation de cette pièce et du flux lumineux de la lampe.


  • Candela, cd
    Unité de l´intensité lumineuse, grandeur fondamentale de l´éclairagisme. 1 cd correspond à l´intensité lumineuse émise par une source monochromatique avec une puissance de rayonnement de 1/683 W pour 555 nm.


  • Capteur
    Appareil de mesure destiné à saisir les conditions ambiantes. La valeur mesurée, plus précisément les dépassements négatifs ou positifs d´une valeur limite, envoie une impulsion au système de gestion de la lumière afin, par exemple, d´adapter l´éclairage en conséquence.


  • Caractéristiques de la lampe
    Les caractéristiques d´éclairage associent la courbe de répartition de l´intensité lumineuse et le rendement ainsi que le type et la puissance maximale de la lampe. Les caractéristiques de sécurité dépendent de la classe et de l´indice de protection.


  • Classe de protection
    Caractéristique des appareils d´éclairage, qui indique la mesure prise pour empêcher que des pièces métalliques susceptibles d´être touchées soient sous tension en cas de dysfonctionnement.


  • Compensation chromatique
    En éclairagisme, procédé de correction des couleurs de la lumière de plusieurs appareils d´éclairage par synthèse RVB en vue d´une perception homogène des couleurs selon la tâche visuelle.


  • Conducteur de lumière
    Instrument optique qui oriente la lumière dans les parcours voulus, même coudés. La lumière est transportée ici par une réflexion totale dans des conducteurs cylindriques pleins ou creux en matériaux transparents (fibres, flexibles, bâtonnets de verre ou matières plastiques).


  • Cône d’éclairage
    Terme qui désigne le cône de lumière produit en règle générale par un réflecteur à symétrie radiaire. Le système optique de l´appareil d´éclairage détermine si le gradient en périphérie du cône est marqué ou flouté. Avec un projecteur, l´orientation du cône d´éclairage se fait par rotation et inclinaison.


  • Cône lumineux
    Section du cône d´éclairage


  • Cônes
    OEil


  • Confort visuel
    Désigne la qualité d´un éclairage notamment en termes d´éclairement, d´anti-éblouissement et de rendu des couleurs.


  • Constance
    Capacité de la perception visuelle à reconnaître les propriétés invariables des objets (taille, forme, degré de réflexion, couleur) malgré une modification de l´environnement (distance, position, éclairage). Les phénomènes de constance sont une condition fondamentale pour composer une image réelle à partir des motifs de luminance changeants de la rétine.


  • Contraste
    Différence de luminance ou de couleur entre deux objets ou entre un objet et son environnement. Les exigences visuelles augmentent lorsque le contraste diminue.


  • Conversion de la luminance
    Conversion d´un spectre donné en un autre spectre au moyen de substances fluorescentes.
    Cette technique est employée avec les LED et les lampes fluorescentes pour convertir des rayons ultraviolets en lumière visible.


  • Coolbeam
    Réflecteur dichroïque


  • Corps noir
    Projecteur thermique idéal dont les propriétés de rayonnement sont décrites par la loi de Planck.


  • Courbe de répartition de l'intensité lumineuse
    Coupe du corps de répartition de l´intensité lumineuse qui englobe les intensités d´une source de lumière suivant tous les angles d´une pièce. Dans le cas de faisceaux à symétrie radiaire, la répartition de l´intensité lumineuse peut être représentée par une seule courbe. Dans le cas de faisceaux à symétrie orthogonale, deux courbes ou plus sont nécessaires. La courbe de répartition de l´intensité lumineuse prend généralement la forme d´un diagramme polaire. S´agissant de projecteurs, cette représentation s´appuie sur des coordonnées cartésiennes.


  • Culot de lampe
    Composant de la lampe qui permet son raccordement électrique à la douille de l´appareil d´éclairage.


  • Cut-off optique
    Selon l’angle cut-off, le cut-off optique correspond à l’angle en dehors duquel aucun éblouissement n’intervient. Cet angle n’est ici pas défini par un réflecteur (un réflecteur Darklight par exemple) mais uniquement par une lentille qui oriente la lumière.


D
  • DALI
    Abréviation de Digital Addressable Lighting Interface


  • Dark Sky
    Qualifie en conception lumière un éclairage qui évite toute pollution lumineuse des espaces extérieurs, et donc toute émission de lumière en direction du ciel nocturne.


  • Déflecteur en croix
    Elément anti-éblouissement destiné à améliorer le confort visuel. Le déflecteur en forme de croix restreint la vue directe du réflecteur et de la lampe.


  • Diagramme d'isoluminance
    Diagramme représentant la répartition de la luminance, sur lequel les lignes de même luminance apparaissent dans un plan de référence.


  • Diagramme Isolux
    Diagramme représentant la répartition de l´éclairement, sur lequel les lignes de même valeur d´éclairement apparaissent sur un plan de référence.


  • Diamètre du cône d’éclairage
    Le diamètre du cône d´éclairage est fonction de l´angle de diffusion à demi-intensité et de l´éloignement de l´appareil d´éclairage.


  • Diffuseur
    Elément optique de dispersion des faisceaux lumineux qui dessine un cône d´éclairage aux contours floutés. Monté sur l´appareil d´éclairage, le diffuseur a pour fonction de réduire la luminance des lampes et donc de limiter l´éblouissement.


  • Digital Addressable Lighting Interface
    Protocole de communication numérique utilisé pour la dans l´architecture. Ce système, qui permet de commander les appareils d´éclairage individuellement, peut être intégré à des dispositifs domotiques en tant que système autonome.


  • Dispositif anti-éblouissement
    Protection solaire


  • Dispositif anti-éblouissement
    Elément anti-éblouissement qui occulte la vue directe de la lampe dans l´angle du flux lumineux de l´appareil d´éclairage. Le contour du cône lumineux est délimité par l´angle du rayonnement principal tandis que la production de lumière diffuse est réduite, voire nulle.


  • Dispositif de protection
    Limitation de l´intensité lumineuse, du rayonnement ultraviolet et du rayonnement infrarouge indispensable en particulier dans les expositions. Elle implique de sélectionner les lampes, les appareils et les filtres du rayonnement appropriés.


  • DMX
    Abréviation de Digital Multiplexed. Le protocole de communication numérique DMX est principalement utilisé pour la scénique.


  • Douille
    Dispositif qui fixe la lampe dans l´appareil d´éclairage et qui permet son raccordement au réseau électrique. Parmi la multitude de douilles généralement utilisées figurent la douille filetée, la douille à baïonnette et la douille à culot à ergots. Les types de douille sont documentés dans le système d´identification des lampes.


  • Downlight
    Appareil d´éclairage compact doté d´une sortie de lumière circulaire ou carrée. Les Downlights se prêtent à un encastrement au plafond ou encore à un montage apparent ou suspendu. Ils produisent une lumière principalement, mais pas exclusivement, orientée vers le bas, sur les surfaces horizontales.


  • Downlight à double foyer
    Downlight doté d´un dispositif de réflexion elliptique fermé par un réflecteur Darklight. Il offre un flux lumineux maximal pour une découpe au plafond minimale.


  • Downlight à faisceau mural double
    Appareil d´éclairage utilisé dans les couloirs pour éclairer avec homogénéité les murs parallèles et le sol.


  • Downlights à faisceau mural
    Appareil d´éclairage qui, en associant un réflecteur Darklight et un réflecteur ellipsoïdal, dispense un éclairage mural homogène pour un confort visuel extrême. L´alignement régulier des appareils parallèlement au mur est indispensable.


  • Durée de vie
    Durée de vie d´une lampe


  • Durée de vie d’une lampe
    Pour les lampes à incandescence, la durée de vie correspond au temps au bout duquel la moitié des lampes est hors service. Pour les lampes à décharge et les LED, la durée de vie correspond au temps au bout duquel le flux lumineux de l´installation diminue de 50 %, soit par défaillance des lampes, soit par perte de flux lumineux.


E
  • Eblouissement
    Terme générique qui désigne une baisse d´acuité visuelle ou une perception perturbée par des luminances ou des contrastes de luminance élevés. On fait la distinction entre l´éblouissement physiologique, soit une baisse objective de l´acuité visuelle, et l´éblouissement psychologique, soit une perturbation subjective de la perception due à la disproportion entre la luminance et la densité d´informations de la zone observée. L´éblouissement peut être causé par la source lumineuse même (éblouissement direct) ou par la réflexion de cette source (éblouissement par réflexion).


  • Eclairage architectural
    Désigne les concepts d´éclairage qui font intervenir la lumière naturelle et la lumière artificielle, et au sein desquels la solution technique retenue fait partie intégrante de l´architecture.


  • Eclairage complémentaire de la lumière du jour
    Eclairage artificiel supplémentaire, surtout dans les pièces profondes, éclairées par des fenêtres sur un seul côté. L´éclairage en complément de la lumière naturelle compense la perte importante d´éclairement qui intervient loin des fenêtres.


  • Eclairage d'accentuation
    Accentuation de certaines parties d´une salle ou de certains objets par un éclairage ciblé, d´une intensité supérieure à l´éclairement général.


  • Eclairage d’ambiance
    Eclairage unitaire d´une salle entière sans tenir compte d´impératifs visuels particuliers.


  • Eclairage de bureaux
    Répond spécialement aux impératifs des postes de travail sur écran (voir éclairage des postes de travail sur écran). On distingue l´éclairage d´ambiance, l´éclairage d´ambiance adapté aux postes de travail et l´éclairage individuel des postes de travail.


  • Eclairage de musées
    Cas particulier de l´éclairage d´expositions, il implique des exigences particulières en termes d´architecture de l´éclairage, de répartition de la lumière sur les objets exposés et de protection contre la lumière.


  • Eclairage de restaurant
    Caractéristiques : peu d´éclairage d´ambiance, une lumière focalisée sur les tables, une accentuation de certaines zones de la pièce et des décorations. Emploi de pour régler la lumière de la pièce suivant les différents impératifs diurnes et nocturnes.


  • Eclairage de salle d'exposition
    Eclairage de surface ou d´accentuation qui rehausse visuellement les objets exposés. Dans les musées et les galeries d´art, la protection contre la lumière joue un rôle particulier.


  • Eclairage de vitrines
    Etroitement lié à l´éclairage commercial, il comprend principalement l´éclairage d´accentuation, souvent assorti de mises en lumière colorées, de projections et d´une dynamique.


  • Eclairage des espaces de vente
    Basé sur l´éclairage d´ambiance horizontal et vertical et sur l´éclairage d´accentuation, il fait intervenir plusieurs composants, en particulier les lampes à décharge (éclairage d´ambiance) et les lampes halogènes à incandescence (éclairage d´accentuation). Elément fondamental de l´image de marque d´une entreprise.


  • Eclairage des issues de secours
    Désigne l´éclairage assuré par les appareils d´éclairage de secours à batterie autonome et le balisage des issues de secours par des appareils d´éclairage de signalisation de secours.


  • Eclairage direct
    Eclairage dispensé par des appareils d´éclairage, des Downlights par exemple, directement sur la surface utile.


  • Eclairage du poste de travail
    En général : éclairage des postes de travail. En particulier, éclairage des postes de travail qui complète l´éclairage d´ambiance en fonction des impératifs visuels considérés.


  • Eclairage du poste de travail
    Contrairement à l´éclairage d´ambiance, éclairage orienté sur un poste de travail particulier, par exemple au moyen de lampes de bureau.


  • Eclairage du poste de travail sur écran
    Eclairage très réglementé dans les bâtiments administratifs, régi par différentes directives et dispositions. Il est caractérisé par des impératifs d´éclairement, de répartition de la lumière et de limitation de la luminance, en particulier pour éviter la formation de reflets lumineux sur les écrans, les plans de travail et les claviers.


  • Eclairage en milieu hôtelier
    Le milieu hôtelier constituant un espace public très exigeant quant à la qualité de son éclairage, ce dernier comprend l´éclairage architectural de la zone d´entrée, l´éclairage d´ambiance des zones de restauration, l´éclairage polyvalent des espaces de conférences, l´éclairage économique des dégagements et l´éclairage intimiste des chambres.


  • Eclairage global
    Technique de calcul qui simule par un graphique tridimensionnel sur ordinateur toutes les propagations possibles des rayons lumineux.


  • Eclairage indirect
    Eclairage produit indirectement, par des Uplights par exemple, sur la surface utile au moyen de surfaces réfléchissantes.


  • Eclairage multifonction
    Typiquement, eclairage des hôtels et des centres de congrès pour séminaires, conférences, réceptions et divertissements. L´éclairage polyvalent regroupe plusieurs types d´éclairage, concomitants ou non, souvent assistés par des programmables.


  • Eclairement
    Unité : lux (lx)
    L´éclairement correspond au rapport entre le flux lumineux incident sur une surface et la dimension de cette surface.


  • Eclairement ponctuel
    Contrairement à l´éclairement moyen, l´éclairement ponctuel est circonscrit en un point défini de la pièce.


  • Effet stroboscope
    Papillotements ou impressions de variation de vitesse d´objets animés suscités par une lumière pulsatoire (en raison de la fréquence du secteur), pouvant aller jusqu´à son apparente interruption ou jusqu´à un mouvement inversé. En matière d´éclairage, l´effet stroboscopique intervient avec des lampes à décharge, et plus particulièrement des lampes fluorescentes graduées. Ce problème peut être résolu avec un fonctionnement décalé (circuit double, raccordement au réseau triphasé) ou avec des ballasts électroniques hautes fréquences.


  • Eléments de lumière du jour d'isolation thermique transparente
    Eléments en matière synthétique insérés entre les vitres en verre poli, présentant un facteur de transmission de la lumière élevé et un degré diathermique faible. Ils contribuent à l´apport de lumière naturelle à l´intérieur des édifices.


  • Encastré de sol
    Appareil d´éclairage monté au ras du sol et assorti d´un indice de protection élevé. Il sert à baliser les dégagements ou à mettre en lumière des objets ou des détails architecturaux.


  • Encastré orientable
    Généralement, encastré dont la direction du rayonnement peut être choisie librement suivant un angle défini (plage d´inclinaison et de rotation) ; appareil d´éclairage adapté aux espaces d´exposition et de vente.


  • Ethernet
    Norme de protocole pour réseau local, qui permet l´échange de données entre tous les appareils raccordés au sein d´un réseau LAN.


  • Eulumdat
    Format de données européen qui décrit la répartition de l´intensité lumineuse des appareils d´éclairage.


F
  • Facteur d'utilisation du local
    Correspond à l´influence de la géométrie de la pièce et des degrés de réflexion des surfaces délimitant l´espace sur le flux lumineux, qui arrive sur une surface utile définie.


  • Facteur de dépréciation
    Facteur de maintenance


  • Facteur de durée de vie d’une lampe
    Valeur calculée pour le plan de maintenance d´une installation d´éclairage qui tient compte de l´écart entre la durée de vie des différentes lampes et leur durée de vie moyenne, c´est-à-dire de leur défaillance prématurée constatée lors d´interventions de maintenance régulières.


  • Facteur de maintenance
    Valeur réciproque du facteur de diminution, tenant compte, lors de l´étude d´une nouvelle installation, du vieillissement des lampes, de leur défaillance et de l´empoussièrement de l´installation. La valeur nouvelle de l´éclairement est supérieure à la valeur de maintenance, autrement dit à la valeur opérationnelle.


  • Facteur de maintenance de l’appareil d’éclairage
    Valeur calculée pour le plan de maintenance d´une installation d´éclairage qui tient compte de la perte de flux lumineux d´un appareil d´éclairage due à l´empoussièrement et au type de montage de l´appareil.


  • Facteur de maintenance de la pièce
    Valeur calculée pour le plan de maintenance d´une installation d´éclairage qui tient compte de la perte de flux lumineux consécutive à l´empoussièrement des surfaces délimitant l´espace.


  • Facteur de maintenance du flux lumineux d’une lampe
    Valeur calculée pour le plan de maintenance d´une installation d´éclairage qui tient compte de la perte de flux lumineux consécutive au vieillissement des lampes.


  • Fading
    Transition entre deux scènes d´éclairage. L´ouverture en fondu correspond au déclenchement d´une scène et la fermeture en fondu marque sa fin.


  • Filtre
    Dispositif optique à transmission sélective. Seule une part du rayonnement incident est transmise, ce qui produit une lumière colorée ou filtre les rayons invisibles (ultraviolets ou infrarouges). Un filtrage peut intervenir par absorption (filtre d´absorption) ou par réflexion (filtre de réflexion). Les filtres dichroïques sont des filtres de réflexion efficaces grâce à leurs revêtements spéciaux, métallisés par évaporation. Ils sont aussi appelés filtres sélectifs.


  • Filtre de couleur
    Filtre


  • Filtre dichroïque
    Filtre


  • Flood
    Désignation usuelle des réflecteurs et des lampes à réflecteur à faisceau large.


  • Fluorescence
    Technique qui consiste à exciter des substances fluorescentes par un rayonnement pour les faire luire, la longueur d´onde de la lumière produite étant toujours supérieure à celle du rayonnement. Cette technique a pour principale application les substances fluorescen- tes qui convertissent les rayons ultra-violets en lumière visible.


  • Flux lumineux
    Unité : lumen (lm)
    Le flux lumineux correspond à la puissance lumineuse totale émise par une source lumineuse. Il est calculé à partir de la puissance de rayonnement spectrale en fonction de l´efficacité lumineuse relative spectrale de l´oeil.


  • Fotometrisches Entfernungsgesetz
    Loi de la distance photométrique


  • Fovéa
    OEil


G
H
  • HDR
    Abréviation de High Dynamic Range (contraste dynamique élevé)


  • High Dynamic Range
    Désigne un contraste très élevé sur une image numérique. Les images au format HDR (High Dynamic Range) enregistrent un contraste de luminance supérieur à celui des images en Low Dynamic Range avec 255 nuances.


  • Hub
    Point nodal qui réunit les segments d´un réseau, mais aussi d´autres hubs, notamment via Ethernet.


Home Headslide
Home Headslide US
I
  • IES
    Format international de données relatif à la répartition de la lumière des appareils d´éclairage.


  • Indice de protection
    Désigne la sécurité d´un appareil d´éclairage. La combinaison de deux chiffres indique à quel point un appareil est sécurisé contre la pénétration de corps étrangers et d´eau.


  • Indice de rendu des couleurs
    Degré d´écart chromatique sous un éclairage donné par rapport à une source lumineuse de référence. L´indice de rendu des couleurs Ra a pour maximum 100.


  • Intensité lumineuse
    Unité : candela (cd)
    L´intensité lumineuse correspond au flux lumineux par l´angle de la pièce (lm/sr). La répartition dans l´espace des intensités lumineuses d´une source lumineuse forme le corps de répartition de l´intensité lumineuse.


  • Interférence
    Phénomène physique suivant lequel la superposition d´ondes déphasées peut entraîner l´affaiblissement de certaines gammes de fréquences. L´interférence est utilisée dans les filtres et les réflecteurs pour la transmission et la réflexion sélectives.


J
K
  • KNX
    Abréviation de Konnex. Système domotique numérique normalisé qui trouve notamment des applications dans l´éclairage, le chauffage et l´aération.


L
  • Lampe
    Source lumineuse électrique. Exemples : lampes à incandescence, lampes à décharge, LED. Dans un appareil d´éclairage, la lampe sert à produire de la lumière, laquelle lumière peut être orientée sur des objets à l´aide de réflecteurs.


  • Lampe à décharge
    Source lumineuse, dont la lumière est produite par une décharge électrique dans des gaz ou des halogénures métalliques. On distingue les lampes à décharge basse pression et haute pression. Les lampes à décharge basse pression comprennent les lampes fluorescentes et les lampes fluorescentes compactes. La lumière résulte alors de l´excitation par rayonnement des substances fluorescentes. Les lampes à décharge haute pression comprennent les lampes à vapeur de mercure, les lampes à halogénures métalliques et les lampes à vapeur de sodium blanc. Leur spectre lumineux est d´autant plus intense que la pression de régime est forte.


  • Lampe à décharge à basse pression
    Appartiennent à cette catégorie les lampes fluorescentes et les lampes fluorescentes compactes.


  • Lampe à incandescence
    Projecteur thermique où la lumière est produite par le chauffage d´un filament de tungstène situé dans une ampoule en verre remplie de gaz inerte (azote ou gaz rare) pour empêcher l´oxydation du filament et ralentir l´évaporation du matériau qui le compose. Plusieurs types de lampe à incandescence existent, parmi lesquels figurent principalement la lampe standard en forme de poire en verre poli ou dépoli, la lampe à réflecteur doublée de différentes argentures internes et la lampe en verre pressé à réflecteur parabolique intégré.


  • Lampe à réflecteur
    Lampe dont le réflecteur est intégré. Les lampes à réflecteur existent dans différents angles de rayonnement. Le réflecteur dichroïque en est un type particulier.


  • Lampe à vapeur de mercure
    Lampe à décharge haute pression remplie de vapeur de mercure. Par rapport à la décharge basse pression qui produit presque uniquement un rayonnement ultraviolet, la vapeur de mercure soumise à une forte pression émet une lumière visible, mais assortie d´une faible part de rouge. L´ajout de substances fluorescentes complète la part de rouge et améliore le rendu des couleurs.


  • Lampe à vapeur de sodium blanc
    Lampe à décharge haute pression remplie de sodium blanc. Soumise à une forte pression, la vapeur de sodium blanc détruirait le verre. Aussi le récipient de décharge est-il en céramique d´oxyde d´aluminium, doublé d´une ampoule supplémentaire. La couleur de la lumière est d´un blanc chaud. Les lampes à vapeur de sodium blanc à haute pression nécessitent l´emploi d´amorceurs et de ballasts.


  • Lampe aux halogénures métalliques
    Lampe à décharge haute pression comprenant des halogénures métalliques. La présence en grand nombre de ces substances de base produit des mélanges d´halogénures métalliques capables d´assurer au moment de la décharge des rendements lumineux élevés et un bon rendu des couleurs.


  • Lampe fluorescente
    Lampe à décharge basse tension en forme de tube, remplie de vapeur de mercure. Le rayonnement ultraviolet produit par la décharge de mercure est converti en lumière visible par les substances fluorescentes recouvrant la paroi intérieure du tube à décharge. Les différentes substances fluorescentes permettent d´obtenir une série de couleurs de la lumière et différentes qualités de rendu des couleurs. La lampe fluorescente possède généralement des électrodes chauffées et peut ainsi être démarrée à basse tension. Les lampes fluorescentes ont besoin d´amorceurs et de ballasts ou de ballasts électroniques.


  • Lampe fluorescente compacte
    Lampe fluorescente qui, par l´association de plusieurs tubes à décharge courts ou par le biais d´un tube à décharge plié, atteint des dimensions particulièrement compactes. Les lampes fluorescentes compactes ont un seul culot.


  • Lampe halogène à incandescence
    Lampe à incandescence compacte pourvue d´une charge supplémentaire d´halogène, qui empêche tout dépôt sur l´ampoule du matériau du filament à mesure de son évaporation. Par rapport aux lampes standard, les lampes halogènes à incandescence ont un rendement lumineux et une durée de vie supérieurs.


  • Lampe halogène basse tension
    Lampe halogène à incandescence très compacte à basse tension (le plus souvent 6, 12, 24 V). Souvent aussi avec réflecteur dichroïque ou métallique intégré.


  • Lampe PAR
    Lampe à incandescence


  • Lampes à décharge haute pression
    Appartiennent à cette catégorie les lampes à vapeur de mercure, les lampes à halogénures métalliques et les lampes à vapeur de sodium blanc.


  • Lampes de bureau
    Appareil d´éclairage équipé principalement de lampes halogènes à incandescence ou de lampes fluorescentes compactes et économiques, doublées d´un boîtier porte-lampe orientable et d´un dispositif anti-éblouissement efficace pour une utilisation à des postes de travail différents.


  • Lampes standard
    Lampe à incandescence


  • LAN
    Abréviation de Local Area Network. Réseau local pour une installation durable sur de courtes distances.


  • LDS
    Abréviation de Système d’identification des lampes


  • LED
    Abréviation de Light Emitting Diode. Corps électroluminescent qui produit de la lumière par recombinaison de paires de porteurs de charge dans un semi-conducteur. La zone spectrale générée par les LED est à bande étroite. La lumière blanche est produite par mélange des couleurs RVB ou par conversion de la luminance.


  • Lentille
    Elément optique qui sert à l'orientation de la lumière. Rayon, forme, convexité et structure de la lentille déterminent son comportement optique. Dans les projecteurs à gobos, les systèmes de lentille servent à projeter les gobos avec précision. Les lentilles de Fresnel plates peuvent être intégrées aux projecteurs comme accessoires afin d´élargir leur faisceau de façon symétrique ou asymétrique.


  • Lentille à sculpture
    Lentille à structure parallèle qui élargit les faisceaux lumineux dans un axe sans les modifier dans l´autre axe. Appliquée à l´éclairage muséographi- que, la lentille à sculpture produit un cône lumineux ovale qui éclaire de façon homogène les sculptures tout en longueur.


  • Lentille de Fresnel
    Lentille dont l´effet produit résulte d´une disposition plane des segments de la lentille. Les lentilles de Fresnel sont surtout utilisées sur les projecteurs de scène et les projecteurs assortis d´un angle de rayonnement réglable.


  • Leuchtmittel
    Lampe


  • Local Operating Network
    Système de bus permettant la communication entre installations et appareils, notamment en domotique.


  • Loi de la distance photométrique
    Loi de la distance photométrique


  • Loi de la distance photométrique
    Loi selon laquelle l´éclairement est fonction de la distance entre la source lumineuse et l´objet éclairé. L´éclairement est inversement proportionnel au carré de cette distance.


  • LON
    Abréviation de Local Operating Network


  • Longueur d’onde dominante
    Unité de mesure qui associe une couleur à une longueur d´onde. Sur le diagramme de chromaticité de la CIE, la longueur d´onde dominante peut être déterminée en traçant une droite depuis le point blanc jusqu´à l´emplacement correspondant sur la ligne de couleur spectrale. La longueur d´onde complémentaire se trouve à l´opposé. La longueur d´onde dominante sert notamment à la classification des couleurs des LED.


  • Lumen, lm
    Unité du flux lumineux


  • Lumière de base
    Type d´éclairage suivant lequel un éclairage d´accentuation influence considérablement la perception d´un objet ou d´une situation. Une lumière d´appoint empêche la formation de contrastes marqués.


  • Lumière de fond
    Type d´éclairage suivant lequel la lumière éclaire l´objet depuis l´arrière, l´ombre se retrouvant à l´avant. Une couronne lumineuse peut émerger audessus de l´objet éclairé. En éclairage scénique, le contre-jour sert à produire des effets dramatiques.


  • Lumière diffuse
    La lumière diffuse est émise par de vastes surfaces éclairées. Elle produit un éclairage homogène et doux, dont la capacité de modelage et la brillance sont faibles.


  • Lumière diffuse
    Rayonnement lumineux indésirable émis hors du cône lumineux véritable. La lumière diffuse peut éblouir ; en extérieur, elle peut également être source de pollution lumineuse.


  • Lumière du jour
    La lumière naturelle comprend aussi bien la lumière directe du soleil et du ciel environnant que la lumière diffuse du ciel couvert. Les éclairements de la lumière naturelle sont nettement supérieurs aux éclairements de la lumière artificielle.


  • Lumière orientée
    Lumière produite par des sources lumineuses ponctuelles. Dirigée selon une direction précise, elle permet de créer un modelage et des effets de brillance. Les sources lumineuses ponctuelles à rayonnement libre émettent aussi une lumière orientée, mais dont la direction principale varie dans la pièce. C´est pourquoi cette lumière est généralement focalisée en un cône d´éclairage orienté de manière uniforme.


  • Lumière ponctuelle
    Mode d´éclairage par lequel une lumière directionnelle éclaire discrètement un objet ou une situation. La lumière d´appoint vient compléter la lumière principale.


  • Lumière pour décorer
    La lumière pour décorer est un élément d´ornement. Les effets de brillance de la source lumineuse et des matériaux éclairés - de la flamme d´une bougie, d´un lustre ou encore de sculptures lumineuses - contribuent à l´atmosphère des lieux de représentation et d´ambiance.


  • Lumière pour mettre en valeur
    La lumière pour mettre en valeur crée des accents. La lumière joue ici un rôle actif dans la transmission des informations, en faisant ressortir visuellement les zones d´intérêt et en dissimulant celles de moindre importance.


  • Lumière pour voir
    La lumière pour voir assure l´éclairage général de l´environnement. Elle fait en sorte que l´architecture, les objets et les personnes y soient bien visibles afin de permettre à ces dernières de s´orienter, de travailler et de communiquer.


  • Lumière rasante
    Type d´éclairage par lequel la lumière incidente sur les surfaces est presque à l´horizontale pour mieux mettre en valeur les textures et les surfaces.


  • Lumière solaire
    Lumière naturelle


  • Luminance
    Unité : candela/m2 (cd/m2).
    La luminance correspond à la luminosité d´une surface qui émet de la lumière soit en qualité de source lumineuse soit par transmission ou par réflexion. La luminance représente le rapport entre l´intensité lumineuse et la surface projetée, verticale au sens d´observation. Des surfaces de couleur différente mais de même luminance ont la même luminosité.


  • Luminescence
    Terme générique pour tous les éclairages qui ne sont pas produits par thermorayonnance (photoluminescence, chimioluminescence, bioluminescence, électroluminescence, cathodoluminescence, thermoluminescence, triboluminescence).


  • Lux, lx
    Unité de l´éclairement


M
  • Maintenance
    Désigne l´ensemble des mesures qui garantissent le bon fonctionnement d´une installation d´éclairage : remplacement des lampes, nettoyage des appareils d´éclairage ou, dans le cas de projecteurs, orientation. Cet aspect est pris en compte dans les études relatives à une installation d´éclairage au travers du facteur de maintenance.


  • Matériel électrique
    Equipement nécessaire au fonctionnement de sources lumineuses. Il s´agit principalement de ballasts qui limitent le courant, de starters ou d´amorceurs pour les lampes à décharge ainsi que de transformateurs pour les lampes halogènes basse tension.


  • Mélange additif de couleurs
    Mélange de couleurs par ajout de zones spectrales. Selon la théorie trichromatique, les couleurs obtenues par mélange additif (ou synthèse additive) sont complémentaires des couleurs primaires (rouge, vert, bleu). La synthèse homogène des trois couleurs primaires produit une lumière blanche.


  • Mélange de couleurs
    En éclairagisme, le mélange additif (ou synthèse additive) des couleurs consiste à ajouter des zones spectrales à l´aide du rouge, du vert et du bleu afin d´obtenir des couleurs mixtes. L´addition des trois couleurs primaires donne une lumière blanche. Le mélange soustractif (ou synthèse soustractive), qui fait appel aux couleurs primaires (magenta, cyan et jaune), filtre certaines plages spectrales.


  • Modélisation
    Accentuation de formes spatiales et textures par la lumière orientée émise par des sources ponctuelles. Souvent associé au terme de nuançage.


  • Multimirror
    Réflecteur dichroïque


N
O
  • Orientation de la lumière
    L´orientation de la lumière par des réflecteurs ou des lentilles est utilisée pour développer des appareils d´éclairage présentant des propriétés optiques définies en des instruments de conception lumière. L´orientation de la lumière est d´une importance déterminante pour le confort visuel. Elle réduit l´éblouissement des appareils d´éclairage à une valeur acceptable.


P
  • Passerelle
    Convertisseur de protocole, qui permet la communication entre différents protocoles au sein d´un même réseau.


  • Photomètre
    Appareil de mesure des valeurs photométriques. La première valeur mesurée est l´éclairement, dont sont ensuite tirées d´autres valeurs. Les photomètres sont adaptés à la sensibilité de la lumière spectrale de l´oeil. Des instruments de mesure spéciaux ( goniophotomètres) sont nécessaires pour calculer la répartition de l´intensité lumineuse des appareils d´éclairage.


  • Photon-mapping
    Algorithme en simulation d´éclairage, qui est principalement utilisé en complément des procédés basés sur le ray tracing.


  • Pollution lumineuse
    Emission de lumière qui est source, dans un contexte donné, de perturbations liées à l´éclairement, à la direction de la lumière ou au spectre lumineux. A l´extérieur, la pollution lumineuse peut éclaircir le ciel nocturne. Les conséquences en sont notamment un gaspillage d´énergie et des répercussions négatives sur la faune et la flore. En éclairagisme, on applique également l´expression Dark Sky aux procédés destinés à prévenir la pollution lumineuse.


  • Projecteur
    Appareil d´éclairage dont la direction du faisceau lumineux est nette et peut être orientée par rotation et inclinaison vers un point voulu ; appareil utilisé de préférence sur des rails lumière.


  • Projecteur à faisceau mural
    Appareil d´éclairage équipé d´un système de réflecteur ou de réflecteur à lentille pour l´éclairage homogène des murs. L'alignement régulier des projecteurs à faisceau mural parallèlement au mur est indispensable.


  • Projecteur à faisceau mural à lentille
    Appareil d´éclairage à répartition asymétrique de l´intensité lumineuse dont le faisceau est élargi par une lentille pour un éclairage mural homogène.


  • Projecteur compact
    Projecteur doté d´un système optique qui permet, en association avec différentes lampes, de projeter des gobos et des inscriptions. Selon l´optique employée, il s´agit de projecteurscondenseurs ou de projecteurs ellipsoïdaux.


  • Projecteur ellipsoïdal
    Projecteur compact


  • Projecteur Flood
    Appareil d´éclairage à faisceau large, qui peut être tourné et incliné vers un point souhaité de la pièce, utilisé de préférence sur des rails lumière.


  • Projecteur pour lampes à incandescence
    Source de rayonnement qui émet de la lumière en chauffant la matière qui compose le filament, habituellement du tungstène dans les lampes à incandescence.


  • Projecteur-condenseur
    Projecteur compact


  • Projection
    Représentation visuelle sur une surface d´un masque bidimensionnel ou d´un gobo. Les appareils d´éclairage réalisant ces projections nécessitent un dispositif optique spécifique. Un système de lentille garantit la netteté de la projection.


  • Protection solaire
    Mesures techniques basées sur l´absorption, la réflexion et la réfraction pour contrôler la lumière solaire directe afin d´augmenter le confort visuel (protection anti-éblouissement) et de réduire la charge thermique d´une pièce.


  • Psychologie de la perception
    Branche de la science qui s´occupe des différents aspects de la perception, surtout de la réception neuronale et du traitement des excitations sensorielles.


  • Puissance
    S´agissant des lampes électriques, produit de transformation de la puissance électrique. Unité physique : watt. Dans la plage de longueurs d´ondes de 380 nm à 780 nm, la puissance de rayonnement (W) peut être quantifiée en flux lumineux (lm).


  • Puissance connectée
    Somme des puissances nominales de tous les appareils électriques connectés.


  • Puissance installée de l'éclairage
    Puissance maximale de l´ensemble de l´installation d´éclairage, indépendamment de la consommation d´énergie effective.


  • Puissance nominale
    Puissance maximale d´un appareil électrique.


Q
  • Quantité d'éclairement
    Désigne la puissance de rayonnement par mètre carré ; valeur maximale pour la lumière naturelle : env. 1 kW/m2.


  • Quotient de la lumière du jour
    Rapport entre l´éclairement produit par la lumière naturelle sur la surface utile d´une pièce et l´éclairement de l´éclairage extérieur. Le facteur de lumière du jour se mesure au moyen d´un simulateur de lumière naturelle.


R
  • Radiosité
    Méthode de calcul en simulation d´éclairage, qui considère les rayons lumineux émis par la source de lumière et réfléchis dès leur entrée en contact avec une surface.


  • Rail lumière
    Solution de base pour un éclairage flexible adapté à des exigences spécifiques. Il peut être équipé à tout moment d´appareils d´éclairage différents. Utilisé de préférence avec des projecteurs et des projecteurs Flood, en particulier dans le domaine de la présentation et de l´exposition.


  • Rallumage
    Nouvel allumage suite à une coupure de l´éclairage ou à une coupure de courant. De nombreuses lampes à décharge ne peuvent être rallumées qu´après une phase de refroidissement. Un rallumage immédiat n´est possible qu´avec des amorceurs haute tension spéciaux.


  • Ray tracing
    Méthode de calcul en simulation d´éclairage, qui considère les rayons émis de l´oeil jusqu´à l´objet considéré et aux sources de lumière.


  • Rayonnement global
    Somme du rayonnement solaire direct et du rayonnement diffus du ciel.


  • Rayonnement infrarouge
    Rayons de chaleur invisibles dans la plage de longueur d´ondes > 780 nm. Le rayonnement infrarouge est généré par toutes les sources lumineuses, mais surtout par les projecteurs thermiques, dont il constitue la majeure part du rayonnement émis.


  • Rayonnement ultraviolet
    Rayonnement invisible au-delà de la lumière à ondes courtes (longueur d´ondes < 380 nm). Les sources lumineuses techniques ne produisent qu´une faible part de rayonnement ultraviolet. Les rayons ultraviolets peuvent avoir des effets nocifs, dont la décoloration et la fragilisation des matériaux. D´où l´utilisation de filtres anti-UV pour les absorber.


  • Réflecteur
    Système orientant la lumière par le biais de surfaces réfléchissantes. Les caractéristiques d´un réflecteur concernent essentiellement ses degrés de réflexion et de diffusion et, dans le cas des réflecteurs à miroir, le type de courbe de sa section (contour du réflecteur). Les réflecteurs paraboliques orientent la lumière d´une source lumineuse se trouvant dans le foyer d´une manière parallèle, les réflecteurs sphériques la renvoient au foyer, les réflecteurs elliptiques la focalisent dans un second foyer.


  • Réflecteur à facettes
    Réflecteur doté de facettes planes qui produit un cône d´éclairage plus harmonieux que les réflecteurs conventionnels polis brillants.


  • Réflecteur dichroïque
    Réflecteur qui réfléchit essentiellement la lumière visible, mais transmet aussi les rayons infrarouges (réflecteurs en verre) ou les absorbe (réflecteurs en métal). Les réflecteurs dichroïques génèrent sur les objets éclairés une charge thermique moindre. Les termes « Coolbeam » et « Multimirror » sont des désignations courantes de ce type de réflecteur.


  • Réflecteur dichroïque
    Réflecteur dichroïque


  • Réflecteur elliptique
    Réflecteur


  • Réflecteur parabolique
    Réflecteur


  • Réflecteur Spherolit
    Système d´orientation de la lumière qui s´appuie sur des segments sphériques réfléchissants. La répartition de l´intensité lumineuse est fonction du coefficient de réflexion, du profil du réflecteur, du nombre de segments sphériques et de leur rayon.


  • Réflexion
    Capacité des surfaces à renvoyer la lumière. La réflexion se mesure par le facteur de réflexion, qui correspond au rapport entre le flux lumineux réfléchi et le flux lumineux incident. La réflexion peut être orientée ou diffuse.


  • Réfraction
    Modification de la direction de la lumière provoquée par l´entrée dans un milieu de densité différente. La réfringence d´un milieu optique est mesurée par son indice de réfraction.


  • Réfraction
    Réfraction


  • Réfraction
    Réfraction


  • Relais
    Commutateur alimenté par le courant électrique. Le relais est généralement activé par un circuit électrique distinct et il peut ouvrir ou fermer un ou plusieurs autres circuits.


  • Rendement lumineux
    Rapport entre le flux lumineux émis et le flux lumineux produit par les lampes au sein de l’appareil d’éclairage. Il est exprimé par le biais du LOR (light output ratio).


  • Rendement lumineux
    Unité : lumen/watt (lm/W)
    Le rendement lumineux correspond au rapport entre le flux lumineux produit et la puissance électrique fournie par une lampe.


  • Rendement lumineux
    Autre désignation pour le flux lumineux, qui correspond en physique des rayonnements à la puissance de rayonnement.


  • Rendu des couleurs
    Qualité du rendu des couleurs sous un éclairage donné. L´écart chromatique par rapport à une source lumineuse de référence est indiqué par l´indice de rendu des couleurs Ra ou la classe de rendu des couleurs.


  • Résistance à la lumière
    Degré auquel un matériau se trouve modifié sous l´effet de la lumière (tenue à la lumière). Si la résistance à la lumière concerne en premier lieu la modification des couleurs, par suite, elle touche également à la dégradation du matériau.


  • Restitution du contraste
    Critère de limitation de l´éblouissement par réflexion. La restitution du contraste est exprimée par le facteur de rendu du contraste, qui correspond au rapport entre le contraste de luminance d´une tâche visuelle sous un éclairage donné et le contraste de luminance d´un éclairage de référence.


  • RVB
    Abréviation de rouge-vert-bleu. En éclairagisme, le mélange des couleurs RVB repose sur la synthèse additive des couleurs et sert à produire une lumière de la couleur voulue.


S
  • Saturation de couleur
    Unité de grandeur de l´intensité d´une couleur allant du point blanc à la couleur pure sur le diagramme de chromaticité de la CIE. Il s´agit, avec la teinte et la luminosité, de l´une des trois propriétés fondamentales de la couleur. La saturation est généralement donnée en %.


  • Scène d’éclairage
    Situation d´éclairage (ou ambiance lumineuse) qui présente une combinaison particulière de luminosités et de couleurs. Une permet de sauvegarder des scènes d´éclairage et de les charger automatiquement par simple pression sur un bouton.


  • Scénographie
    Mise en scène d´un espace. En éclairage, la scénographie correspond à la métamorphose de l´espace par la lumière dans une dimension temporelle donnée.


  • Section du cône d’éclairage
    Section de forme hyperbolique d´un cône d´éclairage, projetée par exemple sur un mur par des Downlights.


  • Séquence d’éclairage
    Succession de scènes d´éclairage. Une mise en lumière dynamique résulte de la programmation au moyen d´une d´une succession de scènes d´éclairage, de leur durée et du type de transition voulu.


  • Simulateur de la lumière du jour
    Dispositif technique conçu pour simuler la lumière du soleil et la lumière naturelle. La lumière naturelle est simulée par la disposition hémisphérique de nombreux appareils d´éclairage ou par la réflexion multiple d´un plafond de lumière dans une salle pleine de miroirs. La lumière du soleil est simulée par un projecteur parabolique, dont le déplacement reprend celui du soleil au cours d´une journée ou d´une année. Un simulateur de lumière naturelle permet de simuler des conditions de lumière et d´ombre de bâtiments à l´étude, d´essayer différents dispositifs d´orientation de la lumière et de mesurer le facteur de lumière du jour sur la maquette.


  • Simulateur du Soleil
    Simulateur de lumière naturelle


  • Source de lumière ponctuelle
    Source lumineuse compacte presque ponctuelle. Les sources de lumière ponctuelles permettent d´orienter la lumière de manière optimale essentiellement par focalisation, tandis que les sources linéaires ou planes produisent une lumière d´autant plus diffuse que le faisceau est large.


  • Spectre
    Répartition de l´intensité du rayonnement d´une source lumineuse sur une certaine gamme de longueurs d´ondes. De la répartition spectrale dépendent la couleur de la lumière et le rendu des couleurs. Selon le type de production de la lumière, il est possible de différencier les principaux spectres : le spectre continu (lumière du jour et projecteur thermique), le spectre linéaire (décharge basse pression) et le spectre de bandes (décharge haute pression).


  • Spot
    Désignation usuelle des réflecteurs et des lampes à réflecteur à faisceau étroit.


  • Structure d'éclairage
    Regroupement de plusieurs appareils d´éclairage en une structure principalement linéaire, le plus souvent suspendue au plafond.


  • Surface de sortie de la lumière
    Surface d´un appareil d´éclairage d´où sort la lumière. Selon la technique d´éclairage utilisée, un même appareil en possèdera une ou plusieurs. La luminance de la surface de sortie de la lumière permet d´estimer l´éblouissement potentiel de l´appareil.


  • Système d’identification des lampes
    Système harmonisé d´identification des lampes électriques. Le code d´une lampe spécifie entre autres le mode de production de la lumière, la matière de l´ampoule ou le gaz de remplissage, la puissance et la douille utilisée.


  • Système de valence des normes
    Système de référencement des couleurs de la lumière et des pigments. Bidimensionnel, le diagramme de chromaticité de la CIE indique numériquement par des coordonnées xy les emplacements de toutes les couleurs et de toutes les synthèses de couleurs selon leur saturation, de la couleur primaire pure au blanc. Les couleurs mixtes se trouvent sur une droite qui s´étend entre les couleurs à mélanger. La couleur de la lumière des projecteurs thermiques se situe sur une courbe définie : la courbe de Planck.


  • Système exploitant la lumière du jour
    Mesures techniques basées sur la réflexion et la réfraction intervenant au niveau des fenêtres et des ouvertures hautes, et destinées à améliorer l´approvisionnement d´une pièce en lumière naturelle et à réduire ainsi la consommation d´électricité.


T
  • Technique Dark Sky
    Technique de réflexion spécialement étudiée pour éviter tout rayonnement lumineux au-dessus de l´appareil d´éclairage, et donc toute pollution lumineuse.


  • Technique Darklight
    Technique de réflexion spécialement étudiée pour éviter tout éblouissement de l´observateur tant que la lampe se trouve dans la zone de défilement du réflecteur. L´angle de défilement de la lampe et l´angle cut-off du réflecteur sont identiques. La technique Darklight offre un confort visuel maximal pour une efficacité optimale.


  • Technique de commande début de phase
    Méthode de réglage de la luminosité consistant à commander la puissance absorbée des lampes au moyen du début de phase des ondes du courant alternatif. Avec cette technique, le courant n´est pas allumé aussitôt après le passage par zéro de la tension alternative et il est maintenu jusqu´au passage par zéro suivant. En règle générale, les gradateurs à technique de commande début de phase sont peu adaptés aux lampes fluorescentes, qu´elles soient compactes ou non. La technique de commande début de phase est utilisée pour commander les ballasts conventionnels.


  • Technique de commande fin de phase
    Méthode de réglage de la luminosité consistant à commander la puissance absorbée des lampes au moyen de la fin de phase des ondes du courant alternatif. Avec cette technique, le courant est allumé immédiatement après le passage par zéro de la tension alternative et éteint avant le passage par zéro suivant. La technique de commande fin de phase est utilisée pour commander les ballasts électroniques.


  • Température de couleur
    Désigne la couleur de la lumière d´une source lumineuse. S´agissant des projecteurs thermiques, elle correspond à peu près à la température réelle du filament de la lampe en kelvin (K). S´agissant des lampes à décharge, elle correspond à la température de couleur la plus proche, à savoir à la température à laquelle un projecteur thermique émet une lumière d´une couleur comparable.


  • Température de couleur
    Couleur de la lumière émise par une lampe. Elle peut être indiquée par les coordonnées xy de l´emplacement de la couleur sur le diagramme de chromaticité de la CIE, mais aussi, pour les couleurs de la lumière blanche, par la température de couleur. Les températures de la lumière blanche sont également classées en trois grandes catégories : blanc chaud (ww), blanc neutre (nw) et blanc lumière du jour (tw). A des températures de la lumière identiques peuvent correspondre des répartitions spectrales différentes et un rendu des couleurs différent.


  • Temps de fading
    Laps de temps qui s´écoule entre la fermeture en fondu d´une scène d´éclairage et l´ouverture en fondu d´une autre scène.


  • Tension
    Grandeur physique sous l´effet de laquelle les porteurs de charge d´un conducteur électrique se mettent en mouvement et le courant circule.


  • Tension du secteur
    Tension électrique disponible sur le réseau électrique. Dans la plupart des régions du monde, cette tension est de 230 V pour 50 Hz. Pour les tensions différentes, une adaptation technique des appareils électriques est nécessaire.


  • Thermoluminiscence
    Luminescence


  • Transadaptateur
    Elément de raccordement mécanique et électrique d´un appareil d´éclairage, en particulier d´un projecteur ou d´un projecteur Flood avec un rail lumière, associé à un transformateur électronique intégré ou un ballast électronique.


  • Transformateur
    Matériel électrique qui permet le fonctionnement des lampes halogènes basse tension ; on distingue les transformateurs conventionnels et électroniques.


  • Transmission
    Capacité de certaines matières à transmettre la lumière. La transmission se mesure par un facteur qui correspond au rapport entre le flux lumineux transmis et le flux lumineux incident. La transmission peut être orientée ou diffuse.


U
  • UGR
    Unified Glare Rating ; méthode d´estimation de l´éblouissement psychologique, en particulier au niveau d´un poste de travail.


  • Uplight
    Appareil d´éclairage suspendu, applique murale, appareil pour l´éclairage du sol ou appareil sur pied qui émet sa lumière vers le haut.


V
  • Varychrome
    Adjectif qualifiant les appareils d´éclairage pouvant modifier la couleur de la lumière, par exemple par mélange des couleurs RVB.


  • Vision diurne
    Egalement : vision diurne. Vision caractérisée par une adaptation aux luminances de plus de 3 cd/m2. La vision photopique se fait grâce aux cônes, et est donc concentrée dans la zone de la fovéa. L´acuité visuelle est élevée, les couleurs peuvent être perçues.


  • Vision diurne
    Vision photopique


  • Vision diurne
    Vision photopique


  • Vision mésopique
    Vision mésopique


  • Vision mésopique
    Etat transitoire entre la vision photopique assurée par les cônes et la vision scotopique assurée par les bâtonnets. La perception des couleurs et l´acuité visuelle ont des valeurs intermédiaires correspondantes. La vision mésopique comprend la plage de luminance de 3 cd/m2 à 0,01 cd/m2.


  • Vision scotopique
    Vision scotopique


  • Vision scotopique
    Egalement : vision nocturne. Vision assortie d´une adaptation aux luminances de moins de 0,01 cd/m2. La vision scotopique se fait avec les bâtonnets, ce qui sollicite donc surtout la périphérie de la rétine. L´acuité visuelle est faible, les couleurs ne sont pas perçues ; la sensibilité aux mouvements des objets perçus est en revanche élevée.


  • Vision scotopique
    Vision scotopique


  • Volet anti-éblouissement
    De forme rectangulaire, les volets anti-éblouissement sont surtout employés pour limiter l´éblouissement direct produit par les projecteurs.


W
X
Y
Z

La « ERCO Newsletter » - Des projets pour vous inspirer, des nouveautés produits, les dernières évolutions du savoir lumière

S'abonner à la Newsletter
Vos données seront traitées de manière strictement confidentielle. Vous trouverez d'autres informations sur Protection des données : les engagements d'ERCO
Le Lichtbericht électronique vous informe par courriel, régulièrement et de manière facilement accessible des dernières actualités de l’univers ERCO. Nous vous tenons au courant des événements des secteurs de l’architecture et de la conception lumière, mais aussi des dernières évolutions de la technique d’éclairage. Vous trouverez des comptes rendus de projets, les nouveautés produits et de nombreux reportages. L’abonnement est gratuit, et vous pouvez vous désabonner à tout moment.